BFM Business

Les Français paient-ils trop cher la viande ou le poisson?

Si l'agneau est particulièrement cher en France, le boeuf, le poisson et surtout le porc y sont bien plus abordables que dans de nombreux pays occidentaux.

Si l'agneau est particulièrement cher en France, le boeuf, le poisson et surtout le porc y sont bien plus abordables que dans de nombreux pays occidentaux. - Pexels

Selon une étude comparative publiée ce mardi 22 août 2017, les prix moyens du boeuf, du poulet et de l'agneau au rayon boucherie sont bien plus élevés en France que dans un grand nombre de pays. En revanche ceux du poisson et du porc sont plus abordables que la moyenne.

Si vous passez vos vacances en Suisse, oubliez le barbecue. Selon le Meat Price Index publié par l'éditeur britannique Caterwings, dans aucun pays au monde, les prix de la viande et du poisson ne sont aussi élevés que dans la confédération helvétique. Le boeuf par exemple y coûte en moyenne l'équivalent de 49,68 dollars, soit 42,25 euros le kilo (149% au-dessus de la moyenne des 52 pays étudiés). L'agneau y est 173% plus cher, le porc 115% et pour le poulet, c'est encore pire. Son prix est trois fois plus élevé en Suisse que la moyenne internationale. Même en prenant en compte le généreux niveau des salaires versés par les employeurs helvétiques, les produits carnés restent fort chers de l'autre côté du Léman. Un Suisse doit travailler en moyenne plus de trois heures pour se payer un kilo de boeuf contre deux heures pour un Allemand, un Français ou un Britannique.

Ce classement permet aussi de relativiser le sentiment qu'ont les Français lorsqu'ils font leurs courses. Le prix du poisson est en moyenne 5% seulement plus élevé dans l'Hexagone que dans la moyenne des 52 pays étudiés. Le poisson blanc coûte en moyenne 15,58 dollars (13,25 euros) le kilo et le saumon 23,45 dollars (19,95 euros). C'est certes plus cher qu'au Japon, un des pays du monde où le poisson est le moins cher mais bien moins coûteux qu'en Suisse, en Belgique ou aux États-Unis. Un Français doit travailler moins de deux heures pour se payer un kilo de poisson contre trois heures et vingt minutes pour un Américain.

Allemands et Britanniques paient leur viande moins cher

Et pour le porc, les prix pratiqués en France sont carrément plus avantageux que la moyenne. Un Français doit travailler à peine plus d'une heure pour se payer un kilo de porc contre deux heures pour un Suisse ou un Américain par exemple. Avec par exemple un prix moyen de 21,52 dollars (18,30 euros) le kilo, le jambon français figure même parmi les plus abordables du monde.

-
- © -

En revanche, pour le boeuf, le poulet et surtout l'agneau, les consommateurs français ne sont pas bien lotis. Le boeuf est en moyenne 37% plus cher en France (on doit travailler deux heures et douze minutes en moyenne pour s'en payer un kilo), le poulet 45% plus élevé et l'agneau 64%. Les Britanniques et les Allemands sont par exemple bien plus avantagés que les Français. Un Allemand paie en moyenne son poulet 8,47 dollars (7,20 euros) le kilo contre près de 11 dollars (9,35 euros) pour un Français. Une Britannique débourse lui 15 dollars (12,80 euros) pour un kilo d'agneau contre plus de 29 dollars (24,70) en France.

Mais globalement, c'est dans les pays émergents que les amateurs de viande doivent consentir le plus gros effort pour préparer un gigot, une escalope panée ou, même, un hamburger. Si les autres denrées de base y sont souvent moins chères qu'ailleurs, les consommateurs asiatiques, africains ou sud-américains sont contraints de travailler bien plus longtemps pour s'offrir de la viande.

En Égypte, un kilo de poisson équivaut à plus de quarante-quatre heures de travail (moins de deux heures pour un Français). Un Indien doit travailler plus de trente-neuf heures pour s'acheter un kilo de porc (une heure et dix minutes pour un Français), un Russe plus de trente heures pour un kilo d'agneau (deux heures et demi pour un Français) et un Indonésien près de vingt-quatre heures pour s'offrir un kilo de boeuf (deux heures et dix minutes pour un Français).

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco