BFM Business

À Nantes, la métropole rémunère les conducteurs qui font du covoiturage urbain

Le service de covoiturage sera proposé en complément des transports en commun déjà existants sur l'agglomération nantaise.

Le service de covoiturage sera proposé en complément des transports en commun déjà existants sur l'agglomération nantaise. - Philippe Desmazes-AFP

La métropole nantaise intègre dès le 19 novembre le covoiturage à son offre de transport public. La collectivité garantira 2 euros à chaque conducteur par trajet d'au moins de 2 km et par passager. Une offre qui pourrait rapporter jusqu'à 100 euros par mois au "covoitureur".

Les collectivités locales sont de plus en plus nombreuses à subventionner ceux qui pratiquent le covoiturage pour limiter l'engorgement des routes sur leur territoire. La rémunération des conducteurs est censée les inciter au covoiturage urbain comme l'a institué la région Ile-de France. À son tour, la métropole nantaise lance, à partir du 19 novembre, un service de covoiturage qu'elle subventionne. Il aura la particularité d'être intégré à son offre de réseau de transport public (Tan), tout en prévoyant d'indemniser le conducteur à hauteur de 2 euros par trajet et par passager.

Une rémunération à partir de 2 trajets par jour

Cette indemnisation, payée par Semitan, l'exploitant du réseau nantais, a pour but de susciter les vocations de "covoitureur" : plus leur nombre sera important plus l'offre de covoiturage et de trajets sera pertinente et suffisante.

La rémunération du conducteur suppose la réalisation de deux trajets (2 km/trajet) par jour, réalisés dans leur intégralité sur le territoire des 24 communes de la métropole nantaise. S'y ajoute une compensation de 0,10 euro/km supplémentaire, au-delà de 20 km effectué. Selon le calcul de la collectivité, un conducteur pourra récupérer jusqu'à 100 euros/mois, sur la base de 2 trajets/jour avec 2 passagers, 4 jours/semaine, 4 semaines/mois, en comptant 2 euros par trajet et par passager.

Pour ce service, un partenariat a été noué avec la start-up française Klaxit dont l'appli mobile sera utilisée pour la mise en relation entre les conducteurs non professionnels et les passagers.

La particularité de l'offre nantaise de covoiturage réside dans sa tarification intégrée et combinée aux formules d’abonnement "Libertan" pour provoquer un changement de comportement. Ceux disposant d'un abonnement illimité ne paieront aucun supplément.

Les usagers pourront également combiner covoiturage et transport public sur un même trajet. Concrètement, les tarifs du covoiturage seront semblables à ceux appliqués pour le bus ou le tram. Pour les "covoiturés" abonnés à la formule "sur mesure", il faudra payer 1,51 euro et 2 euros pour les voyageurs occasionnels.

Frédéric Bergé