BFM Business

A bientôt 50 ans, Hippopotamus s'offre un petit lifting

L'enseigne modernise petit à petit ses restaurants et sa carte afin de continuer d'attirer les clients. Objectif: 15 à 20 ouvertures de restaurants par an sur les quatre années à venir.

Hippopotamus n'aura pas attendu son 50ème anniversaire pour s'offrir un lifting. Créée en 1968, cette enseigne phare du Groupe Flo lance sa nouvelle stratégie pour reconquérir sa clientèle en France, malgré un contexte toujours difficile pour la restauration à table.

"L'idée était de rajeunir la marque tout en gardant l'ADN de l'enseigne: il s'agit toujours d'un grill. Mais le marché de la restauration s'est transformé et les attentes des clients ont changé, il faut donc s'adapter", lance Vincent Lemaître, à la tête du Groupe Flo et de ses 170 restaurants depuis deux ans. Ce "coup de jeune" va coûter 1,4 millions d'euros.

"La restauration passe par l'investissement"

Peu après son arrivée, le dirigeant, venu de chez Flunch, avait annoncé la feuille de route, un plan de redressement sur quatre ans (2015-2019), qui englobait notamment le repositionnement des deux marques phares du groupe, Tablapizza et Hippopotamus.

"La restauration passe par l'investissement. Ce sont des métiers à rentabilité faible, il faut y réinvestir régulièrement car cela vieillit très vite", assure Vincent Lemaître, soulignant que "les actionnaires ont remis de l'argent et nos cessions d'actifs (des restaurants sous enseignes Bistro Romain ou Taverne de Maître Kanter, ndlr) financent nos investissements". La chaîne a été racheté par Groupe Flo en 1992. Elle comptait à cette époque 16 restaurants, contre 186 aujourd'hui (dont 98 en propre).

Place aux woks et aux cocottes

L'objectif du groupe de restauration est de "reprendre le développement de l'enseigne, pour arriver à un rythme de 15 à 20 ouvertures de restaurants par an sur les quatre années à venir", affirme Vincent Lemaître. Pour asseoir son expansion, Hippopotamus mise sur la franchise. En 2016, l'enseigne a ouvert 10 restaurants. 

Les établissements existants seront petit à petit rénovés, le groupe visant une dizaine d'entre eux refaits à horizon 2017. Du côté de la carte, les viandes rouges sont à l'honneur, mais on y trouve désormais aussi des wok de poisson ou de viande, une cocotte à partager, un brunch servi le week-end ou encore une offre de petit-déjeuner. Les horaires sont élargis, avec une ouverture jusqu'à 3h le week-end. Le ticket moyen "reste lui identique, à 22,94 euros", affirme le PDG.

La restauration à table connaît des difficultés depuis quatre ans, et cela s'est encore aggravé avec la baisse de fréquentation, après les attentats en France, surtout à Paris. Au premier semestre, Hippopotamus a enregistré une baisse de 4,3% de son chiffre d'affaires.

A.R. avec AFP