BFM Business

"100% santé": les prothèses auditives sont mieux remboursées

BFM Business

En 2021, les audioprothèses labellisées "100% santé" seront prises en charge à 100%. En attendant, les assurés choisissant en 2020 ces appareils, bénéficient d'une nouvelle baisse de 250 euros du reste à charge par oreille, lequel reste d'environ 400 euros par prothèse.

Les assurés sociaux ayant besoin de prothèses auditives en seront moins de leur poche en 2020 au moment de régler la facture chez l'audioprothésiste. C'est la conséquence de la mise en place du dispositif "100% santé" s'appliquant déjà intégralement aux lunettes correctrices depuis le 1er janvier, et qui est étalé sur 3 ans pour les appareils auditifs. Ainsi, de 2019 à 2021, le reste à charge moyen de l’assuré diminue progressivement jusqu'à une prise en charge à 100% l'année prochaine.

Comme pour les lunettes de vue, cette réforme vise à éviter le renoncement à l'appareillage pour des raisons financières alors qu'un appareil auditif coûte en moyenne 1500 euros en moyenne par oreille (soit 3000 euros au total).

Reste à charge de 850 euros par oreille avant la réforme

Surtout, les frais à la charge du patient, après remboursement par l’Assurance maladie et la complémentaire santé (pour ceux qui en disposent), s’élevaient en moyenne à 850 euros par oreille avant la réforme.

Pour abaisser ce reste à charge sur 3 ans d'ici 2021, cette réforme s'appuie sur une double évolution: la baisse du plafond des prix de vente de ces appareils (l'offre de produits "100% santé") et l’augmentation progressive du remboursement de l’Assurance maladie et de la complémentaire santé.

Concernant l'offre produits, depuis le 1er janvier 2020, tous les audioprothésistes doivent obligatoirement proposer un devis comportant au moins une prothèse "100 % santé" pour chaque oreille. Ces appareils concernent toutes les catégories (contour d'oreille, intra-auriculaire,...), et ont des performances techniques minimales: 12 canaux de réglage et au moins trois options de "confort" (anti-acouphène, anti-réverbération, sans-fil, réducteur de bruit du vent, etc...).

Pour ces produits, le plafond de prix de vente est abaissé à 1100 euros par oreille en 2020 alors que les frais à engager diminueront encore de 250 euros par oreille. Le reste à charge reste encore d'environ 400 euros par oreille (800 euros au total pour deux oreilles appareillées). Enfin, en 2021, les appareils labellisés "100 % santé", dont le plafond de prix sera fixé à 950 euros, seront pris en charge à 100 %, via une augmentation du remboursement par la Sécurité sociale et des complémentaires santé, dans le cadre des contrats "responsables et solidaires".

Des prothèses audio plus performantes et plus chères

En dehors de ces équipements, l’assuré reste libre de s’équiper d'audioprothèses avec des performances techniques supérieures mais dont les prix sont libres. Celles-ci seront alors prises en charge par l’Assurance maladie, sur une base de remboursement identique à celle du panier "100 % santé" avec un complément de remboursement par l’assurance complémentaire de l’assuré, s’il en a une. Dans ce cas, le niveau du reste à charge, pour ces équipements plus onéreux, sera dépendant de leur prix et du niveau de couverture garanti par la mutuelle santé pour les audioprothèses.

Enfin, le renouvellement de la prise en charge d’une aide auditive peut être fait tous les 4 ans suivant la précédente délivrance, disposition applicables depuis 2019. C'est aussi depuis le 1er janvier 2019, que les assurés modestes bénéficiant de la CMU-C n’ont plus de frais à avancer, leur équipement "100% santé" en audiologie étant intégralement pris en charge au titre du tiers payant.

Enfin, le renouvellement de la prise en charge d’une aide auditive peut être fait tous les 4 ans suivant la précédente délivrance, disposition applicables depuis 2019.

C'est aussi depuis le 1er janvier 2019, que les assurés modestes bénéficiant de la CMU-C n’ont plus de frais à avancer, leur équipement "100% santé" en audiologie étant intégralement pris en charge au titre du tiers payant.

Frédéric Bergé