BFM Business
Economie

Compte personnel de formation: l'interdiction du démarchage téléphonique se fait encore attendre

SMS, appels insistants... Face à la multiplication des arnaques au compte personnel de formation (CPF), le gouvernement avait annoncé en novembre qu'il voulait interdire le démarchage téléphonique.

La méthode est bien rôdée. Des appels insistants, des mails, des SMS, se présentant comme la plateforme "Mon Compte formation" ou un autre organisme et invitant à utiliser le solde de notre Compte personnel de formation (CPF): c'est, à coup sûr, une arnaque. L'objectif de la manœuvre: récupérer les identifiants du salarié pour l'inscrire à une fausse formation et disparaître avec plusieurs centaines d'euros.

Face à la multiplication des fraudes, le gouvernement avait annoncé en novembre qu'il allait interdire le démarchage téléphonique pour mettre fin aux pratiques abusives, via un amendement au projet de loi de finances ajouté juste avant son examen par les sénateurs. Mais l'amendement a disparu dans le bras de fer entre le gouvernement et le Sénat, qui a rejeté en bloc l'ensemble du projet de loi, rapporte Le Parisien.

Mais le ministère du Travail n'abandonne pas l'interdiction du démarchage téléphonique et cherche "une nouvelle fenêtre de tir pour représenter l’amendement", a-t-il assuré. Reste qu'il pourrait être difficile de proposer un nouveau texte avant la fin de la session parlementaire: les travaux de l'Assemblée nationale s'interrompront à la fin du mois de février en raison de l'élection présidentielle et des élections législatives.

Une trentaine de victimes depuis janvier

En attendant une interdiction formelle, les mesures prises par Bercy, comme la labellisation des centres de formations, semblent porter leurs fruits. "Une trentaine de personnes seulement s’est fait piéger depuis janvier" sur "40.000 dossiers de formation par semaine", a avancé Michel Yahiel, directeur des retraites et de la solidarité à la Caisse des dépôts et chargé de la gestion du CPF, auprès du Parisien.

Par ailleurs, 35 organismes de formation, suspectés de siphonner abusivement des comptes CPF, font l'objet de plaintes.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV