BFM Business

Comment les opérateurs vont-ils rentabiliser leurs investissements pour la 5G?

Dans un premier temps, les opérateurs ne pourront pas compter sur le grand public qui ne verra pas tout de suite les effets de la 5G. Le plus intéressant est d'investir le marché professionnel.

Les enchères pour l'attribution des 11 blocs de fréquences 5G encore disponibles débutent ce mardi. Les opérateurs vont devoir débourser au moins 2,17 milliards d'euro pour les fréquences, sans compter l'installation.

Pour rentabiliser leur investissement, les opérateurs ne pourront pas compter sur le grand public, du moins au départ. Même si de premières offres 5G seront proposées d'ici la fin de l'année à un tarif plus élevé que leur équivalent 4G, la plupart des Français ne comptent pas embrasser cette technologie dans un futur proche. Seulement 20% des abonnés se disent prêts à adopter la 5G d'ici un an, selon une étude d'Ericsson.

Le grand public, pas la première cible

Et ils n'ont pas tort. Car les premiers effets de la 5G ne seront pas spectaculaires pour la majorité des usagers. Au départ, cette technologie servira surtout à écouler davantage de trafic dans les grandes villes.

Ce n'est pas non plus grâce à la vente de smartphones compatibles 5G que les opérateurs pourront gagner de l'argent. Le déploiement des antennes 5G sera progressif. A ce jour, les quatre principaux opérateurs se sont engagés à déployer des antennes 5G sur 3000 sites en 2022, 8000 sites en 2024 et 10.500 sites en 2025. Rien ne sert donc de changer son smartphone pour un modèle 5G dans les prochains mois.

Pour les opérateurs, la perspective la plus alléchante se trouve sur le marché professionnel pour la gestion des usines du futur, des réseaux privés des entreprises ou encore des véhicules connectés. Bouygues et Free ont récemment fait leur entrée sur ce marché jusqu'ici dominé par SFR et Orange.

Pauline Dumonteil