BFM Business

Comment Doctolib, Maiia et Keldoc vont piloter les inscriptions à la vaccination?

Les trois plates-formes en ligne permettront de s'inscrire pour une prise de rendez-vous dans les centres de vaccination. Mais la faible connectivité des plus de 75 ans risque de poser problème.

Faire simple, rapide et efficace. Tels sont les objectifs du gouvernement dans l'organisation de la campagne de vaccination "grand public" pour les plus de 75 ans qui va débuter le 18 janvier. Mais dès ce jeudi, cette population pourra prendre rendez-vous en ligne afin de recevoir leur première injection de vaccin dans un des 700 centres dédiés. Plus de 5 millions de personnes sont potentiellement concernées.

Comment va s'organiser cette prise de rendez-vous? Par l'intermédiaire du site officiel santé.fr ou d'acteurs privés rodés à l'exercice que sont les plates-formes en ligne Doctolib, Maiia (filiale du groupe d'informatique médicale Cegedim) et Keldoc, sélectionnés par l'Etat. Le gouvernement a ainsi renoncé à passer par l'application TousAntiCovid car cela aurait complexifié le processus.

Des acteurs rodés, des process en place

En effet, TousAntiCovid aurait dû se connecter à ces plateformes de prise de rendez-vous utilisées par les professionnels de santé, à commencer par Doctolib. Un développement long et complexe, difficilement conciliable avec l’urgence de la campagne de vaccination. Autant donc passer directement par ces plateformes.

Concrètement, à travers un de ces trois services, les personnes concernées pourront prendre rendez-vous dans le centre de vaccination le plus proche et ce pour les deux doses de vaccins (plus de 600 centres devraient être ouverts). Un SMS de confirmation sera envoyé tout comme un email de suivi après les injections.

Les centres de vaccination seront de leur côté directement reliés à une des trois plates-formes à travers des applications informatiques dédiées. Le coût de l'équipement et de cette mise en relation sera remboursé par Santé publique France.

Chaque prestataire devra contacter les centres de vaccination qui choisiront alors une des trois solutions et la déploieront.

On l'a dit, l'objectif est de s'appuyer sur des acteurs spécialistes et rodés de la prise de rendez-vous en ligne, qui font office d'intermédiaire de confiance entre le patient et le médecin (ici entre la personne à vacciner et le centre de vaccination) et qui maîtrisent donc bien les process. Process qui sont d'ailleurs déjà opérationnels en France mais aussi en Europe.

La moitié des 75 ans et plus n'a pas d'accès Internet à domicile

Devançant le calendrier officiel, Doctolib signale d'ailleurs que "les patients prioritaires peuvent d'ores et déjà prendre rendez-vous".

Sur BFMTV, Stanislas Niox-Chateau, le fondateur de Doctolib explique:

"On a déjà 150 sites de vaccination qui sont équipés de la solution Doctolib. A partir de jeudi, vous pourrez aller sur santé.fr ou sur Doctolib pour prendre les deux rendez-vous d'un coup et gérer vos rendez-vous. C'est un point important, le gouvernement a décidé que l'accès à la vaccination soit simple, on a 40 millions de Français qui utilisent quotidiennement Doctolib, la vaccination ça se passera à l'identique: prise de rendez-vous en ligne, email et SMS de rappel, tout sera simple".

"Nous avons développé notre module pour la vaccination il y a deux mois. Nous avons déjà déployé notre solution pour la région de Berlin, c'est opérationnel depuis le 27 décembre", poursuit-il

Maiia indique de son côté que les inscriptions seront possibles "à partir de ce mercredi 13 janvier" pour une vaccination dès lundi 18, pour "les patients âgés de plus de 75 ans".

Reste que la population des plus de 75 ans n'est peut-être pas la plus habituée à ces outils en ligne. Selon l'Insee, en 2019, une personne de 75 ans ou plus sur deux n’avait pas accès à Internet à son domicile.

Une variable qui risque peut-être de peser dans le succès de l'opération. Enfants et petits-enfants devront donc se mobiliser pour prêter main forte à leurs ainées et s'occuper de ces prises de rendez-vous en ligne.

Stanislas Niox-Chateau, confirme d'ailleurs à BFMTV que "si vous êtes une personne âgée et que vous voulez que vos proches prennent rendez-vous, ils pourront le faire. Vous pourrez aussi appeler par téléphone".

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business