BFM Business

Centres commerciaux: le secteur salue la reprise mais dénonce l'inégalité de traitement avec Amazon

La baisse de l'activité dans les centres commerciaux n'était plus que de 7% en juillet contre 60% en mai. Explications avec Gontran Thüring, délégué général du Conseil des centres commerciaux.

60% d'activité en moins au mois de mai par rapport à mai 2019, seulement 15% en juin et plus que 7% en juillet, la reprise des centres commerciaux (qui représentent un quart du commerce de détail en France) se confirme. L'activité semble presque revenue à la normale.

Invité de Good Morning Business ce mercredi, Gontran Thüring, délégué général du Conseil des centres commerciaux, évoque une "bonne nouvelle" et estime même que le secteur "pourrait retrouver les chiffres de l'année dernière si rien de dramatique ne se passe en terme sanitaire".

Les centres commerciaux misent en effet sur la fameuse épargne de précaution des ménages français pour doper la consommation en fin d'année.

Inégalité de traitement

Du côté des secteurs d'activité, le prêt à porter, les agences de voyage et les cinémas souffrent encore beaucoup. La restauration affiche -15% tandis que les articles de sport (surtout les vélos), les jouets et cadeaux, mais aussi le bricolage et la déco ont retrouvé leur activité d'avant crise, voire davantage.

Pour autant, le secteur reste inquiet, notamment face à la concurrence de plus en plus forte des 'pure-players' du Web.

"On estime aujourd'hui qu'en France, il n'y pas une égalité de traitement à la fois fiscale et réglementaire avec ces pure-players, Amazon notamment pour ne pas le citer, il a à peu près 20% de parts de marché en France", confie Gontran Thüring.

Ce dernier a rencontré ce mardi Alain Griset, le ministre en charge du commerce et espère que le gouvernement fera bouger les choses. "Il a reconnu qu'il fallait qu'il y ait des conditions de concurrence qui soient équitables entre toutes les formes de commerce", poursuit le délégué général du Conseil des centres commerciaux.

"D'un point de vue réglementaire, nous estimons que les plates-formes logistiques de ces pure-players devraient être soumises aux mêmes réglementations d'implantation que les centres commerciaux", explique ainsi le responsable.

Karine Vergnol et Olivier Chicheportiche