BFM Business

Ce n'est pas la première fois que l'Etat veut inciter les TPE à ouvrir des sites web

L'opération promotionnelle est organisée par six grands sites français de commerce en ligne à savoir  Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé.

L'opération promotionnelle est organisée par six grands sites français de commerce en ligne à savoir Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé. - Maria Elena -Flickr-CC

Le gouvernement entend aider les commerçants à mieux utiliser les outils numériques pour vendre. Ce n'est pas la première fois...

Outre les aides économiques et fiscales accordées aux commerçants obligés de fermer lors de ce reconfinement, le gouvernement a mis en place un nouveau dispositif pour les aider à être plus présent et à vendre sur le Web.

Le gouvernement explique: "la crise sanitaire a confirmé la nécessité d’accélérer la numérisation des TPE pour accroître leur résilience. Le numérique a permis à certains commerçants de maintenir une activité pendant le confinement. Il s’agit aussi d’un enjeu structurel à plus long terme pour s’adapter aux nouveaux modes de consommation et à la concurrence des plateformes de commerce en ligne".

Et d'annoncer "un parcours sur mesure" sous la forme d'un portail Web où TPE et commerçants peuvent retrouver au même endroit chaque étape de la transition numérique et "les mesures nécessaires pour augmenter le chiffre d’affaires généré grâce au numérique".

On peut ainsi trouver des informations pour monter rapidement une stratégie numérique avec une liste de solutions commerciales validées de création de sites Web, de paiement, de logistique...

100 millions d'euros pour accompagner la numérisation

Par ailleurs, 100 millions d'euros seront débloqués pour accompagner les chefs d'entreprise dans leur digitalisation, avec un objectif clair "qu'il y ait moins de la moitié des petits commercants qui ne soient pas digitalisés" à la sortie de la crise, a annoncé Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie.

Car aujourd'hui, seulement un magasin sur trois propose un site Internet (et on ne sait pas combien sont capables de proposer une transaction), a regretté le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Les raisons de cette faible adoption sont connues depuis fort longtemps: les artisans et les patrons des TPE estiment qu'ils n'ont ni les compétences, ni le temps, ni l'argent pour s'offrir une présence sur la Toile.

Cette réalité est par ailleurs connue depuis longtemps et la dernière initiative en date du gouvernement est loin d'être la première. L'Etat, seul ou en partenariat avec des acteurs du privé ont depuis presque 20 ans lancé tout un tas d'offensives qui visiblement n'ont pas eu les effets escomptés.

L'échec du Passeport pour le numérique

On peut ainsi évoquer le fameux Passeport pour le numérique, "une action d'initiation à l'informatique et à Internet s'adressant aux très petites entreprises de 0 à 5 salariés" où des acteurs comme Google et Microsoft étaient parties prenantes. Trois ans après son lancement (en 2009), seuls 20.000 passeports avaient été distribués, soit dix fois moins que l'objectif fixé.

En 2011, face à des chiffres qui ne décollent toujours pas, une nouvelle initiative est donc lancée: Mon Entreprise en Ligne. Sous l'impulsion de Google (qui a lancé ce dispositif dans différents pays européens), de SFR, Oxatis et de l'Etat, il s'agit toujours et encore d'aider les PME "à faire leurs premiers pas sur Internet".

A partir d'une plate-forme en ligne, chacun peut ainsi créer un site Web personnalisé en 5 étapes avec le volet marchand. Les objectifs sont ambitieux: 50.000 entreprises devaient avoir passé le cap en une année. Aujourd'hui, le site dédié (meel.fr) n'existe tout simplement plus...

En moyenne, un site e-commerce fait grimper le CA de 14%

On peut enfin citer la plate-forme de France Num pour aider les TPE et les PME à réussir leur transformation numérique. Lancée en 2018, elle combine guide de bonnes pratiques, partenaires et offres technologiques ou encore comment trouver des aides financières.

Autant d'initiatives qui n'ont pas fondamentalement fait bouger le curseur. Et pourtant, une présence marchande sur le Web est clairement efficace et ce pour la plupart des commerces.

Selon une récente étude, en moyenne un site e-commerce permet une augmentation de 14% du chiffre d'affaires du magasin pour un marchand qui utilise les deux canaux simultanément.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business