BFM Business

Bruno Le Maire: "La France reste ouverte aux investissements étrangers"

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 13 janvier 2021

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 13 janvier 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Critiqué pour son refus de rapprochement entre le canadien Couche-Tard et Carrefour, le ministre de l'Economie, des Finances et la Relance assure que la France reste ouverte aux investissements étrangers.

Bruno Le Maire a dit non, mais la France ne ferme pas la porte aux investissements étrangers. C'est ce qu'a tenu à rappeler le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur RTL.

Après le veto de Bercy au rachat de Carrefour par le groupe canadien Couche-Tard, Bruno Le Maire a tenu à démentir toute précipitation de la part du gouvernement dans son opposition.

"Il y a peut-être eu de la précipitation du côté de Carrefour, mais pas du côté du gouvernement français au sujet de l'approche de Couche-Tard", a déclaré le ministre.

Surtout le ministre a tenu à rassurer les marchés et les éventuels investisseurs.

"La sécurité alimentaire ne se négocie pas. Il n'était pas acceptable que l'on cède le contrôle du premier distributeur et du premier employeur français", a-t-il poursuivi, assurant que la France restait ouverte aux investissement étrangers au-delà de ce cas particulier."

Alors qu'Emmanuel Macron préside chaque année depuis 2018 le sommet "Choose France" pour attirer les investissements étrangers, le refus de Bercy du rachat de Carrefour a été très critiqué notamment dans le monde anglo-saxon qui voyait là un protectionnisme français contradictoire avec la volonté française d'attirer les investisseurs.

Les deux groupes de distribution ont renoncé au rapprochement capitalistique mais vont nouer des partnariats commerciaux pour l'avenir.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco