BFM Business

Brexit: Londres et l'Union européenne annoncent enfin un accord commercial

Les négociateurs européens et britanniques ont finalisé un accord post-Brexit ce jeudi 24 décembre.

Un accord particulièrement attendu. Les négociateurs européens et britanniques ont finalisé un accord de libre-échange ce jeudi 24 décembre après une dernière journée de négociation marathon.

"Nous sommes parvenus à un bon accord, un accord équilibré", a réagi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en conférence de presse.

Cet accord "permettra d'éviter des perturbations majeures pour les travailleurs, les entreprises et les voyageurs après le 1er janvier. Il protègera les intérêts européens et cet accord est aussi, je le crois, dans l'intérêt du Royaume-Uni. Il posera des fondations solides d'un nouveau départ avec un ami de longue date. Et enfin, il permettra de nous assurer que nous pouvons finalement laisser le Brexit derrière nous: l'Europe continue d'avancer."

"Un jour de soulagement, mais aussi un jour de tristesse"

Aujourd'hui c'est un jour de soulagement mais c'est aussi un jour de tristesse (...), le Royaume-Uni a choisi de quitter l'Union européenne, le marché unique, de renoncer aux droits et aux avantages d'un Etat-membre. Et notre accord ne réplique pas ses droits et ces avantages, il y aura donc de vrais changements à partir du 1er janvier pour beaucoup de citoyens et pour beaucoup d'entreprises: c'est la conséquence du Brexit", a souligné de son côté Michel Barnier, chef de la négociation avec le Royaume-Uni pour l'UE.

Michel Barnier a évoqué un "nouveau partenariat pour l'avenir autour de quatre piliers". Un accord de libre-échange "ambitieux et équitable, sans tarif ni quotas" avec "de nouvelles règles du jeu économique, qui seront pour l'UE la marque d'une nouvelle génération pour tous les accords de libre-échange".

Deuxième pilier, "un partenariat économique et social dont le champs est sans précédent, couvrant les transports aériens, routiers, l'énergie, la lutte contre le changement climatique, la pêche, où nous avons assuré globalement une base d'accès réciproque aux eaux et aux ressources".

Notre partenariat comprend aussi une coopération en matière de recherche et d'innovations, de sûreté nucléaire, pour l'espace, dans le cadre des programmes de l'Union", a ajouté Michel Barnier, exprimant au passage deux regrets, le Royaume-Uni ne participera plus au programme d'échange étudiants Erasmus et que "l'ambition en matière de mobilité des citoyens ne soit pas à la hauteur de nos liens historiques."

Troisième pilier: la sécurité des citoyens et la lutte contre le terrorisme. Dernier pilier, "la gouvernance de cet accord qui est fondé sur le dialogue et la consultation politique."

"Nous avons repris le contrôle de notre destin"

Côté britannique, une conférence de presse se tient également cet après-midi. "Nous avons repris le contrôle de notre destin", a affirmé Boris Johnson lors de sa prise de parole.

Outre-Manche, certaines dents ont grincé suite à cet accord. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon (indépendantiste) a estimé qu'il était temps pour la province britannique de devenir une "nation européenne indépendante", après la conclusion d'un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

"Le Brexit arrive contre la volonté du peuple d'Ecosse", qui a voté à 62% contre la sortie de l'UE, a tweeté Nicola Sturgeon, soulignant qu'"aucun accord ne pourra jamais compenser ce que le Brexit nous enlève".

"Il est temps de tracer notre propre avenir en tant que nation européenne indépendante", a-t-elle affirmé, alors que Londres refuse à l'Ecosse un nouveau référendum sur l'indépendance.

OC avec AFP