BFM Business

Amazon se lance dans les salons de coiffure avec un nouveau concept à Londres

Amazon va ouvrir un salon de coiffure à Londres.

Amazon va ouvrir un salon de coiffure à Londres. - Amazon

Amazon Salon proposera des technologies de réalité augmentée pour tester de nouvelles coiffures. La firme assure qu'elle ne compte pas en ouvrir d'autre après celui de Londres.

Après les librairies et les épiceries, Amazon fait une nouvelle tentative dans le commerce physique avec un projet pour le moins surprenant: un salon de coiffure.

Sur son blog Day One, la firme de Jeff Bezos annonce l'ouverture prochaine à Londres d'Amazon Salon, un salon de coiffure high-tech de 150 m² qui sera situé à 5 minutes du siège social de la compagnie dans l'est de la capitale britannique.

"Nous avons conçu ce salon pour que les clients puissent venir découvrir certaines des meilleures technologies, produits de soins capillaires et stylistes de l'industrie, explique John Boumphrey, le patron d'Amazon au Royaume-Uni. Nous voulons que ce lieu unique nous rapproche encore plus des clients et ce sera un lieu où nous pourrons collaborer avec l'industrie et tester de nouvelles technologies."

Dans un premier temps réservé aux employés d'Amazon, le salon sera ouvert au public dans les prochaines semaines. Ils pourront réserver un rendez-vous sur internet ou en passant au salon.

Réalité augmentée et tablettes

Si Amazon entendait révolutionner l'épicerie de quartier avec ses Amazon Go sans caisse, il semble avoir les mêmes ambitions pour les coiffeurs. Des écrans dans le salon permettront aux clients de se voir avec une nouvelle coupe ou une nouvelle couleur de cheveux grâce à de la réalité augmentée.

De la réalité augmentée dans le salon.
De la réalité augmentée dans le salon. © Amazon

Un salon de coiffure qui sera aussi un magasin de produits capillaires puisq'une sélection de produits sera présentée dans le magasin. Grâce une technologie de "point-and-learn", les clients pourront pointer leur smartphone devant le produit pour avoir des informations sur sa composition par exemple comme avec l'application Yuka pour les produits alimentaires. Ils auront la possibilité de les acheter sur le site britannique d'Amazon en ciblant un QR code.

Chaque client disposera par ailleurs d'une tablette Fire devant son fauteuil pour passer le temps ou consulter des informations.

Un salon qui mettra l'accent sur la sécurité sanitaire -Covid oblige- avec des écrans de séparation entre les fauteuils, des masques faciaux distribués aux clients et des contrôles de température effectués à l'entrée.

Des tablettes Fire devant les fauteuils.
Des tablettes Fire devant les fauteuils. © Amazon

Amazon s'est associé à une célèbre coiffeuse britannique Elena Lavagni qui coiffe dans son salon londonnien Neville Hair & Beauty stars et top models. Ses équipes fournissent notamment les services de coiffure lors de la fashion week parisienne et du festival de Cannes.

"Notre équipe créative de stylistes, dont le flair pour les cheveux est aussi intrinsèque que leur amour pour la technologie, placera le client au cœur de tout ce qu’ils font, explique la coiffeuse. Je suis fière d’utiliser nos 40 ans d’expérience dans l’industrie pour aider à donner vie à ce salon."

La firme n'a pas communiqué de tarif. Les prix devront cependant être plus bas que ceux son partenaire Neville Hair & Beauty (58 euros la coupe homme, 170 euros pour les femmes) s'il veut toucher un large public.

Amazon assure dans son billet de blog que l'entreprise ne compte pas ouvrir d'autres salons en dehors de celui de Londres.

De Twitch aux satellites

La société de Jeff Bezos dans le collimateur des autorités américaines qui craignent sa situation de monopole multiplie les activités. Outre le e-commerce, Amazon est un des leaders mondiaux du cloud computing, est présent dans le streaming vidéo et musical, possède la plateforme de vidéo Twitch, s'apprête à lancer la constellation de satellites spéciaux Kuiper et s'est lancé ces dernières années dans le commerce physique en rachetant l'enseigne Whole Foods et en ouvrant diverses boutiques.

"Je commence à croire qu'il n'y a pas un domaine d'activité dans lequel Amazon ne va pas entrer", a ainsi réagi William Tunstall-Pedoe, un entrepreneur britannique spécialisé dans l'intelligence artificielle qui a participé au développement d'Alexa d'Amazon.
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco