BFM Business

Pour Agnès Pannier-Runacher, la France a "trop été obnubilé par le prix du médicament"

Agnès Pannier-Runacher

Agnès Pannier-Runacher - BFMTV

La ministre déléguée auprès du Ministre de l’Économie explique que l'Europe n'a pas assez investi dans les essais cliniques pour le vaccin et que la France a trop privilégié les prix du médicament ces dernières années.

Pourquoi l'Europe est-elle en retard sur les Etats-Unis pour la vaccination? Alors que 16,5% de la population européenne a reçu pour le moment au moins une dose de vaccin, cette part est de 38% aux Etats-Unis selon Bloomberg.

Un retard de l'Europe qui s'explique par le manque de doses disponibles et par le fait qu'aucun grand laboratoire européen n'ait, pour le moment, réussi à produire son propre vaccin. C'est ce qu'assure Agnès Pannier-Runacher invité ce vendredi sur BFMTV-RMC.

"Quand est-ce que l'Europe a pris du retard? Pas pour les commandes. Elle a passé ses commandes à l'été, rappelle la ministre déléguée chargée de l'Industrie. Elle a pris du retard car elle ne disposait du mécanisme utilisé par les Etats-Unis pour financer massivement les essais cliniques a mois de mars."

Les Etats-Unis ont notamment avec l'opération "Warp Speed" subventionné à hauteur de 10 milliards de dollars le développement, la fabrication et la distribution des vaccins.

Des investissements que l'UE ne pouvait réaliser car elle n'en avait pas la compétence, assure la ministre.

Tous les gens qui disent 'l'Europe a mal fait', ils n'ont pas confié la responsabilité à l'Europe de financer ces essais cliniques. Ils ont dit "on sait faire tout seul" mais la réalité c'est que pour des vaccins de cette nature, pour cette prouesse technologique et industrielle on ne sait pas faire tout seul quand on est un seul Etat. Il n'y a pas aujourd'hui en Europe un seul Etat qui maîtrise la chaîne de production pour un vaccin, pas un seul."

La ministre assure néanmoins qu'à l'avenir, l'Europe disposera des mêmes moyens d'action avec la création d'une agence au niveau européen pour financer la recherche et le développement de médicaments.

Une Europe à la traîne mais aussi une France moins performante dans la production de médicaments. La France a perdu de ses capacités de production ces dernières années et aucun grand laboratoire n'a été en mesure de mettre pour l'heure un vaccin anti-Covid performant. Pour la ministre en charge de l'industrie tout cela tient aux politiques mis en place ces dernières décennies qui se sont focalisées sur le prix du médicament.

"Tous ceux qui nous critiquent aujourd'hui, depuis 20 ans ils ont été au pouvoir, qu'est-ce qu'ils ont fait pour la pharmacie et le médicament? comment se fait-il que la France soit passée de la première place pour la fabrication de médicament à la quatrième place? feint de s'interroger Agnès Pannier-Runacher. Parce qu'on a eu une gestion exclusivement comptable du médicament, parce que la seule chose qui nous a obnubilé, c'est le prix du médicament. Mais dans un médicament vous avez de la recherche, vous avez de l'innovation pour les patients, et ça se paie."

Une politique de l'offre qui n'aurait pas été prise en compte en France selon la ministre et qui explique le recul du pays dans la production mondiale de médicaments.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco