BFM Business

Accor veut attirer une clientèle de quartier à fréquenter ses hôtels sans y dormir

Pour compenser la perte des voyageurs d'affaires, le groupe Accor veut plus encore s'inspirer du concept Mama Shelter pour attirer des clients de proximité.

Le monde d'avant ne ressemblera pas à celui de l'après crise sanitaire, et surtout dans l'hôtellerie qui risque de perdre définitivement sa clientèle d'affaire. Pour le groupe Accor, elle représente 60% de l'activité.

"On risque de perdre 5 à 10% de ces clients à cause des outils digitaux comme Zoom", a révélé sur BFM Business Sébastien Bazin, PDG d'Accor.

Malgré cette perte, le patron du groupe hôtelier ne baisse pas les bras, bien au contraire. Il voit déjà le renouvellement de l'hôtellerie. Selon lui, les hôtels vont se transformer en lieux de détente où l'on ne viendra pas seulement pour un lit et une douche.

On a eu le temps d'analyser et de réfléchir à des transformations, on entre dans un monde beaucoup plus riche qui nous conduit à voir au-delà de nos 1,5 milliard de voyageurs internationaux. Il y a près de 8 milliards de gens sur la planète et près de 6,5 milliards auxquels je ne me suis jamais adressé", indique Sébastien Bazin.

Ce public, ce sont ceux qui "habitent dans nos villes et qui n'ont pas besoin d'un hôtel". Ce projet n'est pas né avec la crise. Le groupe s'est lancé dans l'hôtellerie "life style" il y a 5 ans et a même repris les hôtels Mama Shelter.

Ces marques ont réussi parce qu'elles ont donné aux clients autre chose qu'un lit et une douche. Elles ont aussi fait en sorte que 50% des gens qui entrent dans l'hôtel ne vont pas y dormir. Ils habitent le quartier et viennent prendre un café ou rencontrer quelqu'un. Elles attirent du monde de 7 heures du matin à 23 heures", explique le dirigeant d'Accor.

Le concept du groupe créé par Serge Trigano a le vent en poupe, malgré la crise. Cette année, 5 nouveaux établissements vont ouvrir (Rome, Dubaï, Bahreïn, La Défense et Lisbonne) et 10 sont en discussion.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco