BFM Eco

7 vacanciers français sur 10 ont choisi de rester en France cet été

"Il y a un besoin d’accompagner le secteur du tourisme dans la durée. On recevait jusqu’à cet été 17 millions de touristes étrangers, aujourd’hui, ils ne sont pas là", indique sur BFMTV Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme

"Il y a un besoin d’accompagner le secteur du tourisme dans la durée. On recevait jusqu’à cet été 17 millions de touristes étrangers, aujourd’hui, ils ne sont pas là", indique sur BFMTV Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme - BFMTV

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, se "réjouit que les Français ont entendu l'appel pour un été bleu blanc rouge".

Les Français on "besoin de s'oxygéner", reconnait le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme qui se "réjouit" qu'ils se reposeront en France cet été.

"Les Français ont entendu cet appel à un été bleu blanc rouge. 7 Français sur 10 resteront en France cet été", a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne, sur BFMTV. "C’est ce qui permet à quelques secteurs touristiques d’enregistrer des chiffres de réservation intéressants, je pense aux Gites de France et aux campings".

Ce repli en France ne permettra pas de compenser l'absence des touristes étrangers.

"On reçoit habituellement jusqu’à 17 millions de touristes étrangers, et cet été ils ne sont pas là", note Jean-Baptiste Lemoyne.

Le sport, la culture et le tourisme continueront d’être aidés

C'est ce qui explique la décision de prolonger les mesures de chômage partiel jusqu'au mois de décembre pour les secteurs concernés.

"Nous sommes dans un travail interministériel avec Elisabeth Borne, ministre du Travail, pour voir les modalités de la poursuite entre septembre et décembre", a précisé le secrétaire d'Etat en rappelant la nécessité "d’accompagner le secteur du tourisme dans la durée".

Ces mesures concerneront aussi les professionnels du spectacle.

"Dans l’événementiel, les spectacles au-delà de 5000 personnes ne pourront reprendre qu’en septembre, mais ils ne feront que 30% de ce qu’ils faisaient l’an dernier". Pour préserver les compétences, les talents, les savoir-faire, les emplois, il y a besoin d’avoir ces outils".

Aux syndicats qui réclamaient de poursuivre le processus jusqu’en avril 2021, le secrétaire d’Etat répond que la situation sera réévaluée l'an prochain. "Dans son discours de politique général, Jean Castex a dit que le sport, la culture et le tourisme continueront d’être aidés".

Pour Marc Sanchez, Secrétaire général du SDI (Syndicat des indépendants), ces mesures sont loin d'être suffisantes. Dans un communiqué, il estime nécessaire d'agir aussi sur d'autres postes de dépenses que les salaires.

"Je pense notamment à la question des loyers commerciaux, à celle des remboursements d'emprunts dont il est nécessaire de prolonger la suspension ou encore aux charges fiscales, y compris locales, à ce jour simplement reportées à défaut d'être annulées", rappelle Marc Sanchez.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco