BFM Business

2016 bien partie pour être l'année de l'investissement

L'investissement des entreprises avait tiré la croissance au premier trimestre

L'investissement des entreprises avait tiré la croissance au premier trimestre - Franck Pennant - AFP

"Les chefs d'entreprise interrogés par l'Insee s'attendent à une sérieuse hausse de leurs investissements pour 2016. Ce qui devrait permettre aux entreprises françaises de moderniser leurs équipements et faire décoller la reprise. "

Selon l'Insee, 2016 pourrait bien être l'année où l'investissement, le maillon indispensable à une véritable reprise, décolle. La dernière enquête menée par l'institut auprès des chefs d'entreprises dans l'industrie manufacturière montre que ces derniers tablent sur une hausse de 7% de leurs dépenses d'investissement pour cette année. Si ce chiffre venait à être confirmé, il constituerait un record depuis cinq ans.

Certes, les esprits les plus critiques feront remarquer que cette prévision est la même qu'en janvier dernier, lors de la précédente enquête du même type. C'est en fait une excellente nouvelle. "On a souvent des premières données très bonnes qui sont ensuite révisées à la baisse. Là ce n'est pas le cas. Entre octobre et janvier il y a eu une hausse et depuis janvier le chiffre se maintient. C'est plutôt un bon signe", considère ainsi Jean-Louis Mourier économiste chez Aurel BGC.

Moderniser les équipements

"Ces données sont cohérentes avec la dynamique de crédits aux entreprises ainsi qu'avec les chiffres de la croissance au premier trimestre", poursuit-il. Sur les trois premiers mois de l'année, l'investissement des entreprises avait en effet bondi de 1,6%, contribuant largement au bon chiffre dont le gouvernement s'est félicité la semaine dernière (+0,5%).

Dans le détail, les entreprises investiraient avant tout pour renouveler leurs équipements (28% des prévisions de dépenses d'investissement) ainsi que pour les moderniser (24%). Seulement 14% des dépenses serviraient à étendre les capacités de production. Ce qui n'est pas forcément un mauvais signe.

"Beaucoup d'entreprises n'exploitent pas encore totalement leurs capacités de production", rappelle en effet Jean-Louis Mourier qui considère que les investissements de cette année "pourraient permettre aux entreprises françaises de rattraper le retard technologique pris sur la période 2010-2012".