BFM Business

La technologie menace les clés de bagnole

La clé de contact traditionnelle qu'on enfonce et tourne pour démarrer sa voiture, c'est bientôt fini.

La clé de contact traditionnelle qu'on enfonce et tourne pour démarrer sa voiture, c'est bientôt fini. - Pexels

De plus en plus de nouveaux modèles sont proposés avec une clé "main-libre" associée à un simple bouton "Start". La fin d'une époque avec d'autres solutions également proposées pour démarrer sa voiture avec son smartphone ou en parlant à une intelligence artificielle.

"Mince, qu'est-ce que j'ai bien pu faire de mes clés de voiture?" Ironiquement, c'est une question que de plus en plus d'automobilistes se posent... dans leurs voitures. De nombreux modèles récents sont en effet vendus avec une clé dite "main-libre". Mais si, vous savez, comme celle de l'homme en slip (pas celui qui pourchasse les défenseurs des oiseaux, mais celui de la pub Ford ci-dessous):

Bref, pour résumer, il suffit d'avoir la clé sur soi et la voiture s'ouvre automatiquement si on s'en approche. Une fois à l'intérieur, la voiture "sait" que la clé se trouve à l'intérieur et il suffit donc d'appuyer sur le bouton "start" pour allumer le moteur.

On se dirige donc vers la fin d'une époque où de nombreuses générations ont tourné la clé dans le démarreur. Sur le Ford Ecosport de notre homme en slip par exemple, la clé "main-libre" est un équipement de série. Impossible donc d'avoir une clé "à l'ancienne".

L'alternative du smartphone

Mais d'autres constructeurs, dans le premium notamment, proposent même d'abandonner totalement la clé, même "main-libre". C'est le cas chez Tesla (constructeur qui, en plus d'être premium, revendique un esprit "geek"), où le smartphone peut faire office de clé virtuelle. Une technologie qui a toutefois ses contraintes: on se souvient qu'un propriétaire de Model S s'était rendu compte en plein désert que cette clé virtuelle ne fonctionnait pas dans une zone sans réseau mobile...

Mercedes vient également d'annoncer que sa dernière Classe E est compatible avec une solution permettant de transformer son téléphone en clé virtuelle. Une solution proposée sur les smartphones équipées de la technologie sans contact NFC, ce qui a deux avantages. Le système peut fonctionner sans réseau et Il fonctionne également si le téléphone n'a plus de batterie. Face aux craintes de piratage, le français Gemalto, qui fournit cette solution à la marque allemande, met en avant un haut niveau de sécurité: 

"La sécurité est assurée de bout en bout, du serveur qui va télécharger la clé dans la carte Sim au terminal installé dans le véhicule et qui va décrypter cette clé", explique Christine Caviglioni, vice-présidente de la division solutions de nouvelle mobilité chez Gemalto. En dehors du marché des particuliers, elle souligne également les intérêts pour d'autres clients, gestionnaires de flottes automobiles, d'autopartages ou les loueurs qui cherchent de plus en plus des solutions pour attribuer facilement une clé à un nouvel utilisateur. 

Et entre la clé et le smartphone, on peut citer l'exemple de BMW. La marque bavaroise a ainsi opté pour une solution intermédiaire avec ce qu'on pourrait appeler une "smartkey", ou une clé munie d'un écran LCD pour afficher des informations sur l'état du véhicule, régler la climatisation ou gérer le stationnement autonome (sans personne à bord) de ses dernières Série 7 et Série 5.

Et bientôt l'intelligence artificielle et la biométrie?

Mais bientôt, il y aura peut-être toujours quelqu'un dans votre voiture. Pas une personne en chair et en os, mais une intelligence artificielle. Et vous pourrez l'appeler "Titine", "Jean-Luc" ou "Choupette"... mais surtout lui parler et donc potentiellement lui demander de vous ouvrir la porte. Comme pour les enfants, il faudra donc bien lui apprendre de ne pas parler aux inconnus!

La start-up SmartCar a ainsi présenté récemment sa solution "Teslabot" permettant de communiquer avec sa Tesla via... Facebook Messenger. En entrant ses identifiants personnels, il est ainsi possible de dialoguer avec un certain Elon (référence bien sûr au patron de Tesla, Elon Musk) et d'obtenir des renseignements sur l'état de son véhicule. Mais Elon peut aussi vous faire la causette si vous vous ennuyez (voir ci-dessous les réponses de l'ordinateur si vous lui dites "je m'ennuie", "I'm bored" en VO).

Parler avec sa voiture sur Facebook Messenger, c'est déjà possible...
Parler avec sa voiture sur Facebook Messenger, c'est déjà possible... © Teslabot

Enfin, pour ouvrir et démarrer sa voiture il n'y aura sans doute plus besoin d'objet physique particulier, de la simple clé au smartphone. En 2025, un véhicule sur trois sera en effet équipé de capteurs biométriques, prévoit une étude du cabinet Frost & Sullivan publiée fin 2016.

Et une fois qu'elle vous aura identifié, grâce à la reconnaissance de l'iris ou de votre empreinte digitale par exemple, elle pourra même s'assurer que vous êtes en parfaite santé. Une solution idéale pour l'homme en slip (toujours celui de la pub Ford) qui n'aura même plus besoin de trouver où ranger sa clé...

Julien Bonnet