BFM Business

VIDEO - Ils s'attaquent aux radars dans la Drôme et l'Ardèche

Le week-end dernier, sept cabines de radars ont été incendiés aux confins de la Drôme, l’Isère et l’Ardèche. Une série d’actes de vandalisme pour protester contre le passage à 80km/h sur les routes secondaires?

Des cabines carbonisées au bord de la route, c’est tout ce qui reste des 7 radars automatiques qui ont été vandalisés dans la nuit de samedi 20 à dimanche 21 janvier dernier, aux confins de la Drôme, l’Isère et l’Ardèche. Sur un périmètre d’une vingtaine de kilomètres, rapporte France Bleu Drôme-Ardèche, les cabines ont été endommagées sur l’autoroute A7, à Roussillon (Isère), sur une 2X2 voies à Peaugres (Ardèche), ou encore sur la Nationale 7, près de Laveyron (Drôme).

"C’est de la destruction de matériel, qui appartient à l’Etat, donc à tout le monde, à la collectivité, et je ne vois pas l’intérêt de brûler ce genre de matériel, car ce n’est pas ça qui va changer une loi", s’est indigné au micro de BFMTV le maire de Jean-Yves Coquelle, maire de Laveyron (Drôme).

Protester contre le passage à 80km/h?

Une inscription laissée sur place laisse penser à la gendarmerie que ces dégradations en série pourraient être un acte de protestation contre le passage à 80km/h sur les routes.

Les incendiaires ont en effet écrit sur la chaussée près d’une cabine incendiée "90km/h". Le 9 janvier, le gouvernement a en effet annoncé le passage à 80km/h sur toutes les routes secondaires sans séparation centrale d’ici cet été, afin de réduire le nombre de morts sur les routes. Des associations comme 40 Millions d’Automobilistes ou la Fédération Française des Motards en Colère se sont élevées contre cette mesure, jugée inefficace. Le "collectif" d'incendiaires, comme l’appelle Le Dauphiné Libéré, a lui choisi une méthode plus radicale que les pétitions.

Un acte de vandalisme qui peut coûter cher

Or, comme le rappelle le ministère de l’Intérieur sur le site de la Sécurité routière, vandaliser un radar peut coûter très cher.

"C’est un délit réprimé par les articles 322-1 et suivant du code pénal. En règle générale, tout acte de vandalisme (destruction, la dégradation, détérioration) contre un bien appartenant à autrui est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende".

Mais les sanctions peuvent grimper à 5 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende, voire jusqu’à "7 ans et 100.000 euros d’amende lorsque l’acte de vandalisme a été commis par plusieurs personnes agissant en qualité d’auteurs ou de complice ou par une personne dissimulant volontairement, en tout ou en partie, son visage afin de ne pas être identifiée". Une cabine de radar automatique coûte en effet entre 60 et 80.000 euros, soit 20 à 30.000 euros pour la boite "physique", et le double pour les raccordements et l'installation complète.

Pauline Ducamp