BFM Auto

Un été difficile pour les loueurs de voitures avec l'absence des touristes étrangers

La location de voitures

La location de voitures - Enterprise

Malgré la reprise post-confinement, l'activité restait encore très réduite pour les loueurs de voitures en juillet.

Pour les loueurs de voitures, l'activité, en chute libre pendant le confinement, peine à retrouver des couleurs depuis le début de l'été.

"En juillet, notre activité en France est en baisse de 50% par rapport à la même période l'an dernier, mais cela reste mieux que le marché en chute plutôt de 60%", explique Guirec Grand-Clément, directeur national des opérations d'Enterprise Rent-a-Car, qui compte 150 agences en France.

Une clientèle étrangère quasi-absente

Pourtant, dans le contexte de crise sanitaire, les Français semblent se tourner davantage vers la voiture pour leur départ en vacances. Une récente étude Yougov pour eBay indique en effet que 39% privilégient ce mode de transports pour partir en vacances, un choix inhabituel pour 16% d'entre eux.

Mais cette clientèle française, même en hausse, reste moins importante que celle des étrangers, qui représentent en temps normal le gros de l'activité. Le trafic aérien, encore très limité, pénalise ainsi directement ces acteurs.

"On note une absence quasi-totale des clients étrangers, en provenance d'Europe mais aussi d'Amérique du Nord et d'Asie, souligne Guirec Grand-Clément. Or ces clients louent en général des véhicules mieux équipés, en boite automatique, plus volumineux et pour une durée plus longue que les clients nationaux".

S'il juge bien sûr "indispensable" de respecter un protocole sanitaire plus poussé, avec une désinfection des véhicules entre chaque location, en plus du nettoyage habituel, ou encore des employés qu'il faut équiper de masques et des surfaces en plexiglas sur les guichets, tous ces éléments sont une source de coûts supplémentaires. De quoi baisser la productivité et la rentabilité des loueurs. Mais pour la rentrée prochaine, les perspectives restent encore floues.

"Il y a plusieurs inconnues: si la clientèle loisirs commence traditionnellement à baisser en septembre, l'activité liée aux étrangers et à la reprise des voyages d'affaires repart d'ordinaire à la hausse, note Guirec Grand-Clément. Or, dans ce contexte de crise sanitaire et avec des enteprises fragilisées, il n'est pas certain que l'on retrouve le même niveau de déplacements pour des raisons professionnelles, ni un tourisme international aux niveaux habituels.

De nouveaux acteurs moins à la peine

Si les loueurs traditionnels connaissent des difficultés, ce serait moins le cas pour de nouveaux acteurs. On peut citer l'exemple de DriiveMe, lancé en 2012 et qui propose des locations à 1 euro pour rapatrier des véhicules pour le compte de professionnels, des loueurs, des concessions ou des garages par exemple.

"Nous remarquons qu'il y a eu un double effet Covid sur les locations de voitures: d'abord le grand nombre de vacanciers qui ont choisi de rester en France cet été booste la demande de transport sur le territoire national. Associés à ça, les vacanciers privilégient les moyens de locomotion personnels plutôt que les transports publics dans le contexte sanitaire actuel. Le mois de juillet a été record pour nous avec plus de 15.000 réservations et cette barre va de nouveau être franchie en août", se félicite Geoffroy Lambert, co-fondateur de DriiveMe.

Même son de cloche chez Hiflow Rent, qui proposé également ce type de locations à 1 euro. Le site "a enregistré sur les dernières semaines une hausse significative (+15%) des demandes de réservations entre particuliers par rapport à la même période l'an dernier", note l'entreprise dans un communiqué.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto