BFM Business

Un Allemand fait un doigt d'honneur à un radar automatique, son amende est multipliée par 75

Une photo souvenir qui coûte cher!

Une photo souvenir qui coûte cher! - Facebook - Polizei Oberfranken

Pour avoir fait un doigt d'honneur alors qu'il se faisait flasher, un conducteur allemand a écopé d'une amende de 1500 euros, au lieu des 20 euros prévus pour son excès de vitesse.

S'il n'est jamais agréable de se faire flasher par un radar automatique, il convient de rester poli. C'est la leçon que devrait retenir cet automobiliste allemand, qui vient d'être lourdement sanctionné pour avoir fait un doigt d'honneur à l'appareil ayant mesuré sa vitesse excessive.

La photo prise par le radar montre en effet le conducteur en train de pointer son majeur à la caméra. Un geste déplacé pas vraiment apprécié la police allemande, qui a partagé le cliché sur Facebook.

Dans un texte qui accompagne la publication, les policiers expliquent que les agents chargés de la vérification des flashs des radars ont déposé plainte pour outrage. De quoi sérieusement corser l'addition.

Des 20 euros prévus pour son dépassement de 11 km/h au-dessus de la limite, le montant de l'amende a été relevé à 1500 euros, soit 75 fois plus. Une sanction assortie d'une interdiction de conduire pendant un mois.

Le même écart de conduite pas sanctionné en France

Si nous vous recommandons bien sûr de rester poli, en toutes circonstances mais d'autant plus lorsque vous commettez une infraction, un conducteur français s'était permis le même écart de conduite face à un flash radar... mais il s'en était sorti sans trop de conséquences.

En 2018, cet automobiliste avait été poursuivi pour avoir fait un doigt d'honneur à deux radars automatiques en train de le flasher. "Le parquet estimait en effet que cet habitant de Régny (Loire), flashé en mai 2015 sur la N7 à Saint-Forgeux-Lespinasse (Loire) et à Bessay-sur-Allier (Allier), avait offensé par extension les fonctionnaires du Centre national de traitement des infractions routières (CNT), basé à Rennes", écrivait nos confrères de RMC.

Défense originale: "le prévenu avait nié les faits, affirmant que son geste était adressé à sa passagère", peut-on lire dans l'article.

Le conducteur avait finalement été relaxé par le tribunal correctionnel de Roanne dans ce dossier. Il n'avait tout de même pas échappé à une amende de 800 euros "pour avoir maquillé sa plaque d'immatriculation le jour des faits".

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto