BFM Business

Toyota entre dans la course au taxi volant

Toyota a investi 350 millions d'euros dans une start-up californienne dont la spécialité sont les taxis volants.

Toyota a investi 350 millions d'euros dans une start-up californienne dont la spécialité sont les taxis volants. - Toyota / Joby Aviation

Le constructeur japonais Toyota a annoncé ce jeudi près de 350 millions d’euros d’investissement dans une start-up dont la spécialité sont les taxis volants.

Important fournisseur de taxi à quatre roues, Toyota pourrait bien aussi à l’avenir fournir des taxis volants. Le constructeur japonais a en effet annoncé ce jeudi qu’il allait investir 394 millions de dollars (environ 353 millions d'euros) dans Joby Aviation, une start-up californienne développant un aéronef électrique pour des services de mobilité à la demande en milieu urbain. Un système de VTC aérien en résumé.

"Tourner notre regard vers le ciel"

De constructeur automobile à fournisseur de mobilité, Toyota opère actuellement un virage stratégique. Après l’annonce cette semaine du lancement en Europe de sa marque Kinto, regroupant des services de location longue durée de véhicules, d'autopartage ou encore de covoiturage, la marque japonaise explore de nouvelles pistes de déplacement dans des villes de plus en plus congestionnées.

"Le transport aérien a été un objectif de long terme de Toyota, et tout en continuant d'opérer dans le secteur automobile, cet accord tourne notre regard vers le ciel", a expliqué dans un communiqué du groupe le PDG de Toyota, Akio Toyoda, cité dans un communiqué du groupe.

Toyota compte partager avec Joby Aviation son expertise en matière de production, de contrôle qualité et de coûts. Le géant japonais aura également une place au conseil d’administration de la start-up. Toyota avait déjà investi dans un projet japonais embryonnaire de "voiture volante", SkyDrive, ainsi que dans plusieurs jeunes pousses explorant le secteur prometteur des véhicules autonomes.

Ne pas laisser Uber occuper toute la place

Derrière cette annonce plane l’ombre d’un géant de la mobilité, Uber. Soutenu par de multiples investisseurs et entreprises dès ses débuts (dont les fonds de capital-risque de Toyota, JetBlue ou encore Intel), Joby Aviation avait en effet annoncé le mois dernier un partenariat avec le géant américain des VTC. Cet accord prévoit en particulier qu’Uber fournisse une gestion du trafic aérien, des infrastructures d’aterrissage mais aussi une interface client dans le futur service, précise un article du Financial Times.

Uber compte en effet lancer un service de taxis volants à l'horizon 2023. La société américaine avait fait cette annonce la semaine dernière au Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas alors qu'il dévoilait un appareil ressemblant à un hélicoptère en collaboration avec le constructeur automobile coréen Hyundai. Son design rappelait d'ailleurs celui de Joby Aviation. 

"Nous sommes comme aux premiers temps de la voiture électrique, explique dans le Financial Times Paul Sciarra, un entrepreneur américain spécialiste du secteur. Peu de sociétés peuvent aujourd’hui fournir les composants".

Fondé en 2009, Joby Aviation développe un petit avion électrique de cinq places à décollage et atterrissage verticaux. Le futur engin est censé disposer d'une autonomie de plus de 240 kilomètres pour une vitesse maximum de 320 km/h. Plus qu’à une voiture volante, le design de cet appareil évoque celui d’un hélicoptère, avec plusieurs systèmes de pales de part et d’autre de la cabine.

Pauline Ducamp avec AFP