BFM Business

Téléphone au volant: 800 infractions par jour relevées par la gendarmerie

Le téléphone au volant, une pratique qui ne recule pas en France.

Le téléphone au volant, une pratique qui ne recule pas en France. - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Un Français sur quatre reconnaît consulter et envoyer des SMS au volant, un chiffre en progression par rapport à 2018 révèle la dernière enquête d'Axa Prévention. Une addiction au smartphone qui devient un vrai fléau de la route, avec près de 800 cas relevés en moyenne par jour par les gendarmes.

Au volant, les Français ont un peu de mal à lâcher leur téléphone... et cela ne s'arrange pas vraiment. Malgré le durcissement récent des sanctions, avec le retrait de trois points et 135 euros d'amende qui peuvent désormais s'accompagner d'une suspension de permis de six mois, ce comportement reste encore trop répandu. 

Un smartphone consulté toutes les 10 minutes

Un Français sur cinq reconnaît ainsi consulter ou envoyer des SMS au volant, révèle le dernier baromètre du comportement des Français sur la route. Un chiffre en légère progression par rapport à l'an dernier et qui reste plus élevé chez les jeunes entre 18 et 24 ans, qui sont 30% à lire ou pianoter sur leur téléphone alors qu'ils conduisent. 800 infractions sont ainsi relevées par jour en moyenne par la gendarmerie nationale. 

Principale évolution récente: le passage du "simple téléphone" au smartphone. "En 2004, le téléphone servait uniquement à téléphoner: quinze ans plus tard, deux fois plus de conducteurs l’utilisent au volant. Devenu un ordinateur de poche, il leur permet de suivre leur itinéraire, de consulter ou d’envoyer des SMS ou des messages via des applications par exemple", note l'étude d'Axa Prévention. 

"Les Français consultent leur smartphone en moyenne toutes les dix minutes par peur de manquer quelque chose et sans avoir conscience du danger", explique Eric Lemaire, président de l'association de prévention de l'assureur français.

Une baisse très dangereuse de la concentration

Ecrire un SMS multiplie par 23 le risque d’accident et ce n'est pas sans conséquence sur la concentration essentielle pour rouler en sécurité: un conducteur enregistre entre 30% et 50% d’informations en moins lorsqu’il est au téléphone. Pratique inquiétante également relevée dans l'étude: 4% des personnes interrogées reconnaissent jouer au volant sur leur smartphone.

Sur les véhicules récents, le système embarqué peut toutefois prendre en charge certaines fonctions, permettant de passer des appels, d'écouter ou de répondre à un message par la reconnaissance vocale (via Apple Play ou Android Auto par exemple). Pour Eric Lemaire, s'il faut bien sûr rester bien concentré au volant, ces équipements modernes apportent tout de même un gain en sécurité: 

"C’est mieux, j’espère que cela va améliorer les choses. Cela évite au moins de ne plus conduire que d’une seule main. Quand on tape un SMS de deux lignes, on quitte la route du regard pendant 45 secondes, rappelle-t-il.

Et les voitures et deux roues motorisés ne sont pas les seuls concernés: l'addiction au téléphone concerne aussi les cyclistes et les utilisateurs de trottinettes et autres EDP, ces engins de déplacement personnel de plus en plus nombreux dans les villes de France.

Pauline Ducamp et Julien Bonnet