BFM Business

Renault se lance dans le bateau électrique

Le Black Swan de Renault utilise d'anciennes batteries à qui on offre une nouvelle vie

Le Black Swan de Renault utilise d'anciennes batteries à qui on offre une nouvelle vie - Renault

Renault a participé au développement du Black Swan, le premier bateau électrique dédié aux croisières privées ou professionnelles sur la Seine, avec des batteries de voitures utilisées pour une seconde vie.

De la route aux voies fluviales. Bien connu pour sa Zoé, Renault a participé cette semaine au lancement d'un bateau électrique innovant à Paris, le Black Swan. Le projet a été mené par l'entreprise Seine Alliance qui organise des événements professionnels et privés sur la Seine. Il vise à proposer des croisières familiales d'environ 2 heures, avec une capacité d'accueil de 2 à 8 personnes.

Zéro émission, vraiment

Deux moteurs électriques assurent le propulsion mais, comme ça peut être le cas pour d'autres bateaux électriques, on ne retrouve ni groupe électrogène ni moteur thermique de secours. On peut donc bien parler d'un bateau zéro émission, ce qui garantit également l'absence de bruit.

Seine Alliance est en effet engagée dans des projets dans les domaines fluviaux et maritimes mais avec une préoccupation environnementale.

Une seconde vie pour les batteries

Mais que vient faire Renault dans cette galère? La marque au losange fournit les batteries lithium-ion, issues de véhicules électriques Renault et arrivées au terme de leur "première vie automobile", note le communiqué. La capacité totale des batteries n'est pas communiquée mais on connaît le temps de charge, entre 2 et 3 heures. Au total, sur le bateau, ces batteries "recyclées" représentent un poids total de 278 kg, soit moins que l'ancien réservoir d'essence qui équipait ce bateau.

Il s'agit en effet d'une coque d'un bateau à l'origine thermique, du constructeur italien Tullio Abbate. Ce prototype représente donc une sorte de "rétrofit" version aquatique, ce terme désignant d'anciens modèles de voitures convertis à l'électrique.

Cette première présentation technique du Black Swan s'est déroulée lundi 4 novembre sur la Seine. D'autres démonstrations seront organisées début 2020, ce qui coïnciderait avec une mise en exploitation du Black Swan, après réception des autorisations administratives requises. A terme, Seine Alliance voudrait disposer d'une flotte de bateaux entièrement électriques en 2024.

Julien Bonnet