BFM Business

Près d'un Français sur trois se dit prêt à passer à la voiture électrique

La recharge reste une problématique importante pour le développement de la voiture électrique.

La recharge reste une problématique importante pour le développement de la voiture électrique. - EVbox

Une étude comparative avec d'autres pays européens comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Norvège place la France en tête des intentions d'achat pour les voitures 100% électriques ou hybrides rechargeables.

La France en pleine transition électrique? C'est ce que suggère une étude Ipsos* réalisée pour EVBox, fabricant de bornes de recharge. 31% des Français seraient en effet prêts à passer à la voiture électrique ou hybride rechargeable.

Ces résultats confirment l'engouement des Français pour ces modèles: on notait déjà une hausse de 50% des ventes sur les six premiers mois de l'année par rapport à l'ensemble de 2019", souligne Corinne Frasson, directrice de la filiale française d'EVBox.

La France devance ainsi les autres pays du panel de l'étude en intentions d'achat: l'électrique tente en effet seulement 22% des Néerlandais et 26% des Belges, des Allemands et des Norvégiens. Ce dernier pays compte déjà un parc important de véhicules électriques.

Prise de conscience environnementale

Notre baromètre confirme la prise de conscience des Français et une volonté d'agir pour préserver l'environnement, met en avant Corinne Frasson. Le confinement a donné l'expérience d'une ville propre et silencieuse, deux bénéfices qu'on retrouve dans la voiture électrique et la vague verte aux dernières élections municipales avait déjà donné ce signal."

72% des Français se disent en effet préoccupés par le changement climatique et 70% jugent important la baisse des émissions de CO2 dans les transports, plus que les autres pays européens du panel avec une moyenne à 62% pour ces deux questions.

Un résultat qui peut sembler incohérent avec les pratiques d'achats actuels. Il ne s'est en effet jamais vendu autant de SUV en France, 41% du marché du neuf en septembre dernier. Et s'ils se convertissent eux aussi à l'électrique, ces véhicules restent la cible de vives critiques, notamment avec la dernière enquête du WWF.

La façon la plus pérenne et la plus solide d'implémenter le changement, c'est quand l'offre rencontre la demande", commente Corinne Frasson.

Autrement dit, qu'importe le flacon, SUV ou non, pourvu qu'on ait l'ivresse de pouvoir rouler zéro émission. Surtout que le baromètre d'EVbox montre qu'une fois converti, l'utilisateur de voiture électrique envisage de rester sur ce type de motorisation. C'est le cas pour 82% des conducteurs de voitures électriques du panel des six pays européens, et à 85% en France.

Un réseau de recharge à améliorer

Parmi les principaux freins qui subistent pour passer à l'électrique, l'incertitude de ne pas pouvoir se recharger reste importante, citée par 52% des Français. Mais l'ambition du gouvernement dans ce domaine laisse envisager des progrès rapides:

En tant que fournisseur de solutions de recharge, nous pensons que l'objectif de 100.000 bornes publiques à fin 2021 reste réaliste. L'augmentation du nombre de stations va permettre de lever cette barrière psychologique. Bientôt, la borne de recharge ce sera comme le wifi, un service qu'on retrouvera dans la plupart des lieux de passage et proposé le plus souvent gratuitement."

Même constat pour le prix, qui reste encore élevé pour ces véhicules électrifiés. L'offre commence tout de même à se démocratiser, avec de plus en plus de véhicules à 20.000 euros ou moins qui seront proposés, en provenance de Chine notamment. On attend également avec impatience de voir ce que donnera la première Dacia 100% électrique, la Spring, prévue pour l'an prochain.

*Enquête réalisée du 3 au 15 juillet 2020 auprès de 3600 citoyens de Belgique, France, Pays-Bas, Norvège et du Royaume-Uni.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto