BFM Auto

Au coeur du circuit de direction assistée : les éléments pouvant tomber en panne

Vous sentez que l’effort nécessaire pour tourner le volant s’accroît constamment ? Il y a deux possibilités : soit vous avez perdu de la force, soit le problème vient du circuit de direction. Vérifiez le niveau du liquide de direction. Tout va bien de ce côté-là ? Alors l’avarie provient très probablement de la pompe de direction assistée elle-même. Constituée de plusieurs organes, ceux-ci peuvent défaillir et vous laisser tomber à tout moment ou presque.

Les joints d’étanchéité

Si vous êtes perspicace, vous comprendrez qu’ils sont chargés d’assurer l’étanchéité du circuit. Ils relient les différents tuyaux du circuit à la pompe de direction. Un joint usé permet une entrée d’air dans le circuit, ce qu’il vaut mieux éviter pour prévenir l’oxydation du liquide de direction et les risques de corrosion qui l’accompagnent.

La soupape régulatrice de débit

Elle gère le débit du liquide de direction. Elle doit fonctionner de façon optimale et offrir un débit stable, ni trop bas, ni trop élevé. Si le débit est trop faible, votre assistance de direction ne sera plus suffisante, tandis qu’un débit trop élevé finira inévitablement par endommager les pièces sensibles du circuit (joints et raccords) provoquant des fuites d’huile de direction. Un débit (vraiment) très élevé peut même endommager le vérin d’assistance dont la réparation vous coûtera bien plus que le remplacement d’un simple raccord.

Les palettes

Les pompes d’assistance sont généralement aujourd’hui toutes du type à palettes. Solidaires du rotor, elles assurent le transfert du liquide de direction lorsqu’il est en rotation. L’usure des palettes entraînera une diminution du débit. Si vous avez bien suivi, vous pouvez deviner vous-même la conséquence de cette baisse de débit.

Antoine Lepeu