BFM Business

Pour faire face à la pénurie, Veligo prévoit 10.000 vélos supplémentaires d'ici 2021

Avec 10.000 vélos, le parc Veligo est insuffisant. Le service va doubler le nombre de VAE d'ici l'an prochain

Avec 10.000 vélos, le parc Veligo est insuffisant. Le service va doubler le nombre de VAE d'ici l'an prochain - Veligo

Le service de location de vélo longue durée voit la liste d'attente des clients s'allonger de semaine en semaine. Pour satisfaire la demande, elle va doubler son parc d'ici 2021.

Trouver un vélo en cette période n'est pas facile. Que ce soit à l'achat ou en location. Pour preuve, le service Veligo qui dispose d'un parc de 10.000 vélos à assistance électrique (VAE) en location en Île-de-France.

Actuellement, il faut patienter trois mois pour en obtenir un et s'inscrire sur une liste d'attente de 7500 utilisateurs. Pour satisfaire cette demande, le service de mobilités veut doubler son offre. D'ici octobre, 5000 nouveaux deux-roues arriveront. Et l'an prochain, 5000 autres seront mis à la disposition du public a annoncé Adeline Goge-Lefaivre, en charge du service Véligo pour l'opérateur Fluow, au Parisien.

Cet automne, Veligo pense pouvoir satisfaire la demande et faire face aux fortes demandes. En effet, en plus du nouvel arrivage, les vélos des premiers abonnés vont revenir. Car le service est limité dans le temps. Sa durée est de six mois avec un seul renouvellement de trois mois. Le succès repose aussi sur le tarif de 40 euros par mois avec une prise en charge de 50% pour les étudiants et les salariés.

Après cela, les cyclistes qui auront été convaincus devront s'acheter leur propre monture. Selon les enquête de Veligo, environ la moitié des clients prévoient de s'en offrir un, soit bien plus que les prévision d'Ile-de-France Mobilités qui tablaient sur 30% lorsque le service a été lancé il y a près d'un an.

Vers une pénurie de vélos

Une bonne nouvelle pour la mobilité, mais personne à l'époque n'avait anticipé les effets de la crise du Covid sur les déplacements à vélo. Depuis la fin du confinement, les constructeurs croulent sous la demande. Et jusqu'à aujourd'hui, les magasins ont du mal à fournir les clients de plus en plus nombreux.

Chez Fnac-Darty, les VAE s'arrachent. Fin août, Olivier Garcia, directeur produits du groupe, constatait que le "vélo est devenu une denrée rare". Seulement 50% des produits référencés par les deux enseignes sont disponibles immédiatement. Il faut commander pour obtenir les autres modèles. Idem chez Decathlon où les clients doivent s'inscrire sur liste d'attente. Certains proposent même d'acheter au prix fort les modèles d'exposition.

La marque française Moustache voit partir ses vélos à un rythme effréné malgré des prix qui démarrent à 2000 euros. Pour faire face, la société a décidé d'accélérer la création d'une nouvelle ligne de production dans son usine des Vosges. "Tous les vélos se sont vendus, même ceux qui étaient en stock des années précédentes!", explique Grégory Sand, cofondateur de la marque et chargé de la partie commerciale.

Reste que la menace d'une pénurie touche aussi les batteries. Dans un rapport d'Apex Research dévoilé ce lundi, le marché mondial des Batteries Li-ion pour vélos électriques est lourdement perturbé. "La pandémie de la Covid-19 a eu des conséquences particulièrement néfastes sur le marché mondial des batteries Li-ion pour vélos électriques", note l'étude qui évoque aussi des conséquences sur les prix.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco