BFM Business

Peugeot de retour en endurance pour booster ses technologies électriques

La future hypercar de Peugeot en endurance disposera d'un V6 hybride.

La future hypercar de Peugeot en endurance disposera d'un V6 hybride. - Peugeot Sport

L'architecture hybride de l'hypercar que Peugeot engagera en compétition d'endurance à partir de 2022 doit permettre à la marque au lion d'améliorer l'efficience de ses futurs modèles électrifiés.

Avec une électrification inéluctable de sa gamme, Peugeot veut améliorer l'efficience de ses nouvelles motorisations et batteries. C'est un des objectifs de son retour dans le championnat WEC d'endurance automobile programmé pour la saison 2022-2023 au sein de la catégorie LMH (pour "Le Mans Hypercar").

Un V6 hybride

Après avoir dévoilé une première image de sa future hypercar, qui sera notamment engagée aux 24 Heures du Mans face à Toyota, la division Sport de la marque au lion vient de présenter son architecture moteur pour cette compétition: une motorisation hybride.

Pour la partie thermique, on retrouve un V6 2,6 litres de cylindrée développant 500 kW de puissance, soit 680 chevaux, associé à une boite 7 rapports et relié aux roues arrière. Pour la partie électrique, le moteur offre une puissance de 200 kW (270 chevaux). Il est relié à une batterie à haute tension (900 volts) mais Peugeot Sport ne communique pas sa capacité en kWh.

Une recharge pendant la course

La réglementation n'impose pas de limite en termes de capacité de la batterie, la puissance cumulée des deux moteurs ne doit juste pas dépasser 500 kW (680 chevaux) pendant la course", résume François Coudrain, directeur "powertrain" du programme WEC de Peugeot.

La batterie partira pleine en début de course mais lors des arrêts aux stands, le règlement prévoit uniquement des pleins de carburants. La batterie devra donc être rechargée en course, en récupérant l'énergie lors des décélérations par exemple.

Lorsque la batterie est vide, il y aura également une tolérance pour fournir de l'énergie supplémentaire via le moteur thermique qui peut ainsi ajouter 3% de puissance afin d'utiliser les 15 kW supplémentaires dans ce but, en bout de ligne droite.

Après des tests sur simulateurs et bancs d'essai, les premiers roulages sur circuit sont prévus pour fin 2021. De quoi se préparer pour la première saison LMH qui doit démarrer moins d'un an plus tard.

La batterie est conçue conjointement avec Total Compétition et sa filiale Saft, qui fournit également les batteries en F1 et travaille sur la future génération de Formule E prévue pour 2022. Autres projets d'avenir: les batteries des prototypes roulant à l'hydrogène "LMPH2G" dont l'objectif est de participer aux 24 Heures du Mans en 2023, en attendant la création d'une catégorie dédiée à l'hydrogène en 2024.

La compétition est pour Total un laboratoire qui nous permet de développer des solutions pour la mobilité électrique. Ainsi, cela permet le développement de batteries toujours plus performantes qui à volume identique auront la capacité de stocker davantage d’énergie pour augmenter l’autonomie des véhicules", souligne Romain Aubry, responsable technique chez Total Compétition.

De futurs modèles hybrides performants chez Peugeot?

Au-delà de la visibilité qu'offre le sport automobile, ce retour en endurance vise aussi chez Peugeot a améliorer l'efficience de ses futurs véhicules électriques et hybrides. Le constructeur reste pour l'instant mystérieux sur les modèles qui bénéficieront de ces avancées.

On pourrait par exemple de futurs véhicules portant le badge "PSE", la signature sport hybride qui sera inaugurée par la berline 508 boostée à 360 chevaux. Mais pourquoi pas imaginer un 3008 PSE par exemple, son SUV star étant d'ailleurs proposé en version hybride rechargeable...

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto