BFM Auto

Par crainte de représailles, les automobilistes de Mayenne changent leur plaque d'immatriculation

-

- - eplaque.f

Alors que la Mayenne connaît une hausse des cas de Covid-19, les garages sont débordés de demandes de changements de plaque d'immatriculation. Les habitants souhaiteraient cacher leur origine avant de partir en vacances.

C'est une drôle de conséquence des discriminations que subiraient les habitants de la Mayenne en raison de la recrudescence des cas de Covid-19. Les garagistes sont débordés de demandes de changements de plaque d'immatriculation, afin de cacher le numéro 53 qui y figure, indique un article de Ouest France.

"La Mayenne a une mauvaise image depuis, et les gens ont peur que leur voiture soit dégradée quand ils partent en vacances", explique un garagiste cité par le quotidien régional. Ses clients lui demande tout simplement de changer le numéro 53 par "n'importe quel autre autre département".

Un centre Feu Vert du département évoque 20 à 30 clients la semaine dernière, un autre garage de Laval une dizaine de personnes qui se seraient présentées pour ce motif rien que lundi matin.

Une zone "libre" de la plaque d'immatriculation

Une autre enseigne explique que la demande se concentrerait sur le 35, le département voisin d'Ille-et-Vilaine. Cela induit également un changement de région, avec au-dessus du 35 le logo de la région Bretagne alors que la Mayenne est située dans les Pays de la Loire.

Aucun problème légal, puisque depuis le dernier changement de système d'immatriculation en 2009, la partie droite de la plaque peut être personnalisée selon le choix du propriétaire du véhicule. Il faut simplement que la région et le département concordent: il n'est pas autorisé de placer un numéro de département et une région autre que celle dans laquelle se situe le département en question. Il n'est pas non plus possible de placer un drapeau d'un pays ou le logo de son club de foot préféré.

L'apposition d'autocollant n'est pas non plus autorisée et peut faire l'objet d'une contravention.

Des représailles, vraiment?

Reste à savoir si des véhicules seraient vraiment dégradés en raison de leur plaque mayennaise.

"Nos clients ont entendu des rumeurs comme quoi il y aurait du vandalisme en Vendée et dans le Sud", raconte un garagiste à Ouest France.

"Il y a surtout beaucoup d’appréhension", résume un autre, évoquant un seul témoignage de coups de clé subis par une voiture sur son lieu de vacances, mais qui pourrait très bien être un coup de machance.

Pendant le confinement, certaines voitures de région parisienne avaient subi des dégradations en Bretagne.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto