BFM Business

Nouvelle Nissan GT-R c’est pas pour maintenant

Il faudra encore attendre pour voir arriver la remplaçante de l'actuelle Nissan GT-R, qui date de 2007.

Il faudra encore attendre pour voir arriver la remplaçante de l'actuelle Nissan GT-R, qui date de 2007. - Nissan

Les inconditionnels de la Nissan GT-R vont devoir prendre leur mal en patience, car sa remplaçante n’est pas prête d’arriver. Mais apparemment, l’actuel millésime aurait encore quelques tours dans son sac.

Le directeur du programme "GT-R" de Nissan, Hiroshi Tamura, s’est confié à TopGear.com. Et ses déclarations ne vont pas plaire aux fans de la sportive japonaise. Même si la possibilité d’une GT-R hybride, frôlant les 800ch, a déjà été évoquée l’année dernière, pour l’instant, l’idée reste rangée dans les cartons.

Pourquoi remettre à plus tard le développement d’une nouvelle génération alors que l’actuelle version approche des neuf ans de carrière ? "Parce que la R35 – nom de code de la GT-R actuelle pour les intimes – a encore des choses à montrer et des objectifs à atteindre", a affirmé le chef Tamura.

Une sportive à part

Dès sa sortie, en 2007, la GT-R s’est imposée comme une sportive à part sur le marché car ses performances et sa facilité de pilotage, dignes des meilleures, n’étaient pas du tout en rapport avec son tarif. Rapidement, la Nissan s’est d’ailleurs fait connaitre comme une tueuse de Porsche 911, vendue à un prix quasiment deux fois inférieur. Depuis neuf ans, rien n’a changé, elle est toujours une redoutable adversaire, sur route comme sur piste.

Reste que, face aux sportives allemandes, la japonaise a toujours été un cran en-dessous en matière de finition et de raffinement. Et c’est précisément là que Hiroshi Tamura veut frapper: "je veux faire de la GT-R une voiture premium, une voiture plus sophistiquée". Et d’ajouter : "les premières générations, tout comme l’actuelle, ont toujours développé le côté R, la zone rouge. Maintenant, nous allons développer le côté GT de la voiture, que l’on pourrait qualifier, par opposition, de zone bleue".

C’est donc sur la qualité des matériaux, la finition et le confort que les équipes de Nissan vont travailler pour les derniers millésimes de la R35. "Le potentiel de cette voiture est énorme et nous ne l’avons pas encore entièrement exploité. Côté performances, oui, mais côté image, non", précise le directeur de programme.

800ch c’est bien, pouvoir les gérer, c’est mieux

Au passage, ce denier ne manque pas de calmer les ardeurs de ceux qui pensent déjà à la remplaçante. "Je ne sais pas quelle puissance fera la prochaine GT-R Nismo RS. C’est bien de proposer 800 ou 900ch, mais ce qu’il faut avant tout, c’est que le conducteur de tous les jours ne se fasse pas une frayeur à chaque fois qu’il accélère. Pour gérer une telle puissance, cela demande un développement long et minutieux, et rien ne dit que cela soit réellement possible. Donc je ne peux vous sonner aucune date". C’est compris, nous n’aurons aucune info sur la prochaine GT-R. Mais au fait, avec quelle voiture roule Hiroshi Tamura? Une Skyline, modèle R32, produit entre 1989 et 1993. Nostalgie quand tu nous tiens…

François Lemaur avec Top Gear