BFM Auto

Nouvelle Audi A8, en route vers la voiture autonome

La 4e génération de la limousine A8, dévoilée par Audi le 11 juillet.

La 4e génération de la limousine A8, dévoilée par Audi le 11 juillet. - David Nogueira

Il y a plus de 20 ans, la première A8 a permis à Audi de vraiment devenir un constructeur premium face à BMW et surtout Mercedes. Cette année, la 4e génération de limousine peut lui permettre de prendre une longueur d’avance dans la voiture autonome.

La présence de Spiderman, lors de la présentation à Barcelone (Espagne), n’était peut-être pas qu’une parenthèse commerciale. Le figurant déguisé en homme-araignée peut aussi être vu comme une allégorie de l’A8. La limousine a en effet toujours été un symbole de mutation pour la marque aux 4 anneaux.

En 1994, il y a plus de 20 ans, la toute première génération avait en effet permis à Audi de vraiment devenir un constructeur premium. Audi avait enfin une rivale à opposer à la Mercedes Classe S, le maître-étalon du luxe. En 2017, la présentation de la 4e génération ce 11 juillet doit asseoir Audi au sommet des développements sur la conduite autonome.

Un Lidar de série

La nouvelle A8 embarque en effet un système de délégation de conduite plus poussé que celui des berline A4 et SUV Q7. Il se nomme "l’Audi AI traffic jam", et atteint le niveau 3 dans la classification des niveaux de délégation de conduite. Le conducteur appuie sur le bouton "AI" au centre de la console, et la voiture prend le volant, jusqu’à 60 km/h, soit principalement en ville donc et dans les bouchons. Elle s’appuie sur le marquage au sol pour la trajectoire, gère bien entendu la direction, la vitesse, le freinage et les distances de sécurité. Tant que la vitesse reste à moins de 60 km/h, l’A8 ne demande donc pas d’avoir les mains sur le volant. Elle ne bippe plus quand le conducteur n'a plus les mains sur le volant. La voiture n'émet un signal sonore que lorsqu'elle estime que le conducteur doit reprendre la main dans une situation dangereuse. C'est en tout cas ce que promet Audi.

"Le conducteur n'a plus besoin de surveiller la voiture en permanence. Il peut complètement lâcher le volant des mains et, en fonction des lois nationales, se concentrer sur une autre activité que la conduite parmi les fonctionnalités qui sont proposées par la voiture", prévoit le constructeur dans son communiqué.

L’A8 dispose bien entendu de caméras, lasers, radars, mais également d’un élément déterminant: un scanner laser, le fameux Lidar. C’est cette pièce maîtresse qui permet à la limousine de se déplacer seule dans cet environnement complexe. Avec un tarif minimum de 90 600 euros (prix Allemagne), l’A8 offre un business-model capable d’intégrer cette pièce très onéreuse. Ces organes technologiques permettent également à l’A8 de se garer seule, comme d’entrer ou de sortir seule d’un parking.

Audi pousse donc un cran plus loin l’autonomisation: cette nouvelle A8 est en effet la première voiture de série à disposer d’un laser scanner, et à envisager dès sa conception le changement de réglementation qui permettra au conducteur de ne plus avoir les mains sur le volant. L’A8 va donc plus loin que la Tesla Model S, souvent présentée comme la référence dans la conduite autonome.
Longue de 5,17 mètres, l'A8 4e génération reste une vraie limousine.
Longue de 5,17 mètres, l'A8 4e génération reste une vraie limousine. © David Nogueira

Une limousine de 5,17 mètres de long

Pour le reste, l’A8 est une limousine de grand luxe, au design sans grande rupture technologique avec la précédente génération. Le plus marquant sont les feux arrières OLED, mais aussi la grande signature lumineuse qui ceinture tout le bouclier arrière. Une petite touche années 90.

Dans l’habitacle, la planche de bord se montre très épurée, assez petite qui contient un écran, des matériaux précieux, un véritable bureau à l’arrière, et le virtual cockpit entièrement numérique. Les deux écrans au centre de la planche de bord intègrent le système MMI Touch afin d’utiliser les fonctions, comme la définition de la navigation via un clavier. L'A8 embarque de plus un système de suspension pilotée inédite, qui analyse sur chaque roue la qualité de la route pour être la plus confortable possible.

Avec 5,17 mètres de long, l'espace à l'arrière s'annonce suffisant pour allonger les sièges, et profiter des différents écrans. Côté motorisations, la limousine offrira au minimum 286 chevaux, avant de proposer un petit peu plus tard (entre autres) un V8 4 litres TFSI de 460 chevaux. La nouvelle A8 sera l'une des attractions du salon de Francfort en septembre, et sortia cet automne.

Pauline Ducamp, avec Top Gear