BFM Auto

Chevrolet Bolt, l’électrique du peuple (américain)

La Chevrolet Bolt annonce une autonomie de plus de 300km, soit une des meilleures du marché.

La Chevrolet Bolt annonce une autonomie de plus de 300km, soit une des meilleures du marché. - Isaac Brekken for Chevrolet

Dans l’électrique américaine, il y a Tesla et la Chevrolet Volt. Toutes les deux chères, voire très chères. Mais au CES, puis à Détroit, Chevrolet a dévoilé un nouveau projet électrisant: la Bolt, une compacte avec plus de 300 km d’autonomie et un tarif plus raisonnable.

Si la tentative s’avère fructueuse, alors Chevrolet peut se tailler la part du lion dans un marché des véhicules électriques en pleine expansion, tant l’offre entrée et moyenne gamme est faible. Encore plus intéressant quand on sait que la firme américaine, qui ne commercialise plus ses modèles en France, pourrait lancer ce modèle sous pavillon Opel.

Un concentré de technologie

La Bolt EV se veut aussi hyper connectée et sur ce point il n’y a pas mensonge. La voiture offre la possibilité d’utiliser et Apple CarPlay et Android Auto, oublions donc les questions de compatibilité. Ce n’est pas tout, il est aussi possible de partager la connexion 4G du véhicule, via un réseau Wi-Fi, avec les appareils des autres passagers. Mais les principaux atouts qui peuvent faire de la Bolt EV une révolution, et qui justifie toute l’attention reçue au salon de Détroit et sa batterie longue portée, 320km, rechargeable entièrement en 9 heures, et à 80% en une heure et il faut 30 minutes pour atteindre les 144km d’autonomie. Si les promesses sont tenues, alors la Bolt EV dispose potentiellement du double des capacités des voitures électriques actuellement sur le marché telles que les Renault Zoe et Nissan Leaf.

Dernier point, et non des moindres, la Bolt EV est potentiellement l’anti-Tesla, pas besoin d’être fortuné pour avoir de l’électrique performant: Chevrolet ambitionne de la commercialiser autour de 30.000 dollars. Et si la firme de Détroit avait pris de cours la concurrence?