BFM Auto

Les Français préfèrent acheter ... Français

Les Français restent particulièrement attachés aux marques hexagonales.

Les Français restent particulièrement attachés aux marques hexagonales. - Flickr/Pictr73

Le baromètre Aramis Auto/TNS Sofres publié ce lundi nous en apprend plus sur les attitudes des Français par rapport à l'automobile. Notamment sur la préférence donnée aux marques hexagonales et une mentalité de plus en plus ouverte aux véhicules électriques et hybrides.

Selon une étude TNS Sofres pour Aramis-auto.com, publiée ce lundi, le critère du "made in France" est le plus prépondérant dans l’attachement à un véhicule. L’attachement aux marques françaises concerne 46% des automobilistes, un chiffre en hausse de 3 points par rapport à l’an dernier. D’après le communiqué d’Aramis Auto, ceux qui mettent en avant l’attachement aux véhicules de marque française "veulent valoriser l’emploi sur le territoire".

Selon Guillaume Paoli, co-fondateur d’Aramis Auto, cela s’explique par la "satisfaction globale des clients de marques françaises" et le sentiment de "reserrer les rangs" en temps de crise. On peut cependant relever le paradoxe du lien "made in France"/marque française qui s’opère dans l’esprit des sondés, étant donné le nombre de modèles de marques françaises qui sont fabriqués à l’étranger (par exemple, les Renault Twingo en Slovénie) et les marques étrangères qui fabriquent en France (Toyota avec la Yaris, entre autres).

De plus en plus ouverts aux hybrides et électriques

Autrement, ce 7ème baromètre "Les Français et l’automobile" nous apporte d’autres éléments pour comprendre l’état d’esprit de nos compatriotes quant à l’automobile. Notamment au sujet des innovations déjà en place aujourd’hui: ils sont de plus en plus ouverts aux véhicules hybrides et électriques, pour des raisons écologiques (56% d’entre eux souhaitent moins polluer) et économiques, avec 34% des sondés veulent ainsi diminuer les coûts d’utilisation.

Pour ce qui est du futur de l’automobile, les français sont plus méfiants en ce qui concerne la voiture autonome: 75% l’associent à une perte de plaisir de conduite, mais 60% pensent que c’est un vrai progrès, qui répond à un "besoin". Cette méfiance s’explique pour deux raisons: 61% des sondés craignent une augmentation des prix et 57% ont peur d’un manque de fiabilité technologique.

H.B.