BFM Business

L'hypercar Aston Martin et ses 1000 chevaux minimum s’exposent à Paris

La version exposée est le concept le plus récent de l'hypercar conçue par Aston Martin et Red Bull. Elle doit arriver sur le marché fin 2017 ou début 2018 mais les 150 exemplaires sont déjà vendus.

La version exposée est le concept le plus récent de l'hypercar conçue par Aston Martin et Red Bull. Elle doit arriver sur le marché fin 2017 ou début 2018 mais les 150 exemplaires sont déjà vendus. - J. Bonnet

Le Festival Automobile International qui se tient jusque dimanche à Paris, aux Invalides, est l’occasion de croiser l’un des modèles les plus enthousiasmants de la fin de la décennie, l’hypercar Aston Martin Red Bull 001.

Ce n’est encore qu’un concept, mais il donne déjà une bonne idée du futur monstre. Présentée jusqu'à présent uniquement à quelques privilégiés, l’Aston-Martin Red-Bull 001 (AM-RB001), première hypercar du constructeur britannique, est exposée jusque dimanche à Paris, aux Invalides, dans le cadre du Festival Automobile International. Cette manifestation annuelle met à l’honneur les concepts-car, et plus largement la beauté automobile.

En compagnie d’Anne Asensio, membre du jury du Festival et designer aujourd’hui chez Dassault Systems, auparavant chez Renault et General Motors, nous avons pu approcher l’AM-RB001, avant l’ouverture au public du Festival mercredi 1er février. 

La philosophie de la voiture: les performances d'une Formule 1 dans une voiture homologuée sur route.
La philosophie de la voiture: les performances d'une Formule 1 dans une voiture homologuée sur route. © J. Bonnet

Un kilo = un cheval

La philosophie de l’AM-RB001 est très simple: prendre tout ce qui permet à une Formule 1 d’atteindre des temps canons, et l’appliquer sur la route. Pour y parvenir, le constructeur britannique a travaillé avec l’écurie de Formule 1 Red Bull et l’un des meilleurs ingénieurs de F1 des deux dernières décennies, Adrian Newey.

Tous les détails techniques ne sont pas encore connus, mais Aston Martin a déjà annoncé que le monstre disposera d’un V12 atmosphérique et respectera un ratio très simple: 1 kilo par cheval. Dans la presse britannique, Adrian Newey confiait l’été dernier que l’hypercar pourrait atteindre une puissance de 1100 à 1200 chevaux. Pour lui offrir des performances proches des meilleurs prototypes des 24 Heures du Mans, l’aérodynamique joue aussi un rôle essentiel.

"C'est une pure merveille de design même si c'est une voiture hyper technologique, s'enthousiasme la designer. On voit vraiment dans ce véhicule une volonté d'hybrider le monde de l’automobile avec l'aviation, ce qu'on a toujours plus ou moins fait. Quand on regarde cette RB001, on se demande si c'est un avion ou une voiture!"

Anne Asensio, membre du jury du Festival, est designer chez Dassault Systems. Elle a auparavant travaillé chez Renault et General Motors. Elle pose ici dans les coulisses du Festival aux Invalides avec l'AM-RB001.
Anne Asensio, membre du jury du Festival, est designer chez Dassault Systems. Elle a auparavant travaillé chez Renault et General Motors. Elle pose ici dans les coulisses du Festival aux Invalides avec l'AM-RB001. © J. Bonnet

"Si on regarde au niveau des roues, la roue ressort nettement ce qui reflète l'aspect modulaire. On est presque sur une aile d'avion et on s'imagine que la roue pourrait pivoter en position type moteur de drones, poursuit Anne Asensio. Et avec un seul passager, on est proche d'une sensation de pilotage d'un avion de chasse".

Les énormes prises d’air latérale laissent entrevoir l’aileron avant qui rappelle le nez d’une Formule 1, tandis que le diffuseur à l’arrière est plus qu’impressionnant. Même si la version de série n'est pas encore sortie, tous les exemplaires sont déjà vendus. Aston Martin en prévoit 150, homologuées pour la route, et 25 supplémentaires pour la piste. Tarif estimé: aux environs de 2 millions d'euros.
Les passages latéraux laissent entrevoir l'aileron avant qui fait follement penser à celui d'une monoplace de Formule 1.
Les passages latéraux laissent entrevoir l'aileron avant qui fait follement penser à celui d'une monoplace de Formule 1. © J. Bonnet
Julien Bonnet et Pauline Ducamp