BFM Business

Essai – Nouvelle Mazda 3 Skyactiv-X, l’essence qui se conduit comme un diesel

Concilier la consommation modérée d’un diesel avec l’acceptabilité sociale d’un essence, c’est le pari de Mazda avec la motorisation Skyactiv-X. Une technologie qui va de pair avec une montée en gamme de la marque.
SERIE 2/4 – Comment réduire la facture en passant à la pompe? C’est une question que se posent de nombreux automobilistes. En ce mois de novembre, nous vous proposons quatre solutions, de nouveaux moteurs thermiques, en passant par des carburants alternatifs, afin de faire baisser votre consommation.

C’est souvent la mauvaise surprise pour les propriétaires de diesel. Une fois passés à un modèle essence, ils constatent une hausse de leur consommation. Or, un modèle hybride ne convient pas forcément aux gros rouleurs. Mazda a peut-être une solution: la nouvelle motorisation essence Skyactiv-X. Mêlant technologie venue des mondes du diesel et de l’essence, fort de 180 chevaux, ce nouveau moteur présente en plus la caractéristique d’être atmosphérique, une rareté que seules quelques marques de voitures de sport se permettent encore. De quoi conforter le constructeur japonais dans son ADN de défricheur de nouveaux terrains technologiques, et asseoir sa montée en gamme amorcée avec cette septième génération de véhicules.

Seules options sur notre modèle d'essai: cette teinte Polymetal Gray, les jantes alliage 18" Black et le cuir "Burgundy" dans l'habitacle.
Seules options sur notre modèle d'essai: cette teinte Polymetal Gray, les jantes alliage 18" Black et le cuir "Burgundy" dans l'habitacle. © BFM

Mais pourquoi… la Mazda 3

Berline discrète, la Mazda 3 a été renouvelée cette année. Cette quatrième génération conserve son allure de grande berline compacte, mais se veut plus cossue, avec un design plus excitant. Disponible en version berline (avec coffre), ou 5 portes (le modèle de notre essai), la Mazda 3 nous intéresse ici pour son moteur Skyactiv-X. Ce moteur reprend une technologie qui date en fait des années 50, mais n’avait jamais vu le jour jusqu'à présent. Lorsque Mazda a annoncé l’arrivée de cette nouvelle technologie dans sa gamme en 2017, l’engouement fut immédiat. Proposer une motorisation essence aussi vertueuse côté conso que le diesel, c’est un choix stratégique fort, d’autant que Mazda promet un rendement de "20 à 30% supérieur" à celui d’un moteur essence classique.

Comment fonctionne ce nouveau moteur? Ce bloc essence est dit "à auto-allumage", ou "à compression interne", soit un système plus courant sur un diesel. "Dans ce type de moteur, le mélange air essence [soit la base du moteur à explosion, présent dans la chambre de chaque cylindre, ndlr], est rendu homogène, confie un spécialiste moteur. Il est comprimé assez fortement pour atteindre le point d’auto-allumage". Théoriquement, ce moteur n’a pas besoin de bougie, cette dernière étend la base de l'allumage sur les essences. Mazda en a tout de même installé une, "pour amorcer et mieux contrôler l’allumage", nous précise un porte-parole du constructeur japonais. D’où le nom officiel de ce moteur Skyactiv-X, un moteur "à allumage par compression contrôlée par étincelle (SPCCI)". Ce moteur est de plus aidé par une micro hybridation, pour le démarrage et les accélérations.

La Mazda 3 mesure 4,46 mètres de long, ce qui la range dans la catégorie des grandes compactes. Elle peut facilement servir de familiale.
La Mazda 3 mesure 4,46 mètres de long, ce qui la range dans la catégorie des grandes compactes. Elle peut facilement servir de familiale. © BFM Auto

Au volant

Une fois mis le contact, le moteur Skyactiv-X se montre assez silencieux, sans tremblement, Mazda a travaillé l’insonorisation de son nouveau bloc. Cette absence de bruit aide le conducteur à ajuster sa conduite. Dans cette configuration, malgré 2 litres de cylindrée et 180 chevaux, la Mazda 3 n’est pas un bolide sportif. Oubliez les accélérations pieds au plancher (à part si vous voulez faire hurler la boîte et monter l’aiguille à 5000 tours). Avec pourtant 224 Nm de couple, la compacte ne bondit pas. Il faut une accélération souple. Plus largement une conduite souple. La Mazda 3 Skyactiv-X est faite pour avaler les kilomètres de route à vitesse constante, pas pour les records de vitesse. La boîte automatique reste confortable dans les bouchons, mais sur les petites routes où les rapports montent et descendent, une boîte manuelle serait peut-être plus agréable. Au quotidien, l’ensemble reste plaisant.

Le poste de conduite se montre surtout très bien organisé. Mazda a fait le choix d’un écran non-tactile, dans lequel le conducteur navigue avec une molette. Cela demande un peu de dextérité pour qui n’a pas l’habitude. Pour y remédier, une solution: tout faire ou presque en utilisant Android Auto ou Apple Car Play. Le système est très intuitif avec la commande vocale. Bonne idée: les commandes de la climatisation, des sièges et volant chauffants sont accessibles directement sur la console centrale. Et si parler à Siri vous déplaît, des boutons raccourcis (navigation, musique etc) au centre de la console ramènent facilement au menu correspondant, même si les fonctions sont opérées depuis le smartphone.

Cette Mazda 3 se montre surtout très confortable, aussi bien de par ses suspensions que par ses informations tout de suite disponibles pour le conducteur en un coup d’oeil, notamment grâce à l’affichage tête haute sur notre version ‘Exclusive’.

Mazda 3
Mazda 3 © BFM Auto

‘LE’ truc en plus: le rapport qualité-prix

Avec cette septième génération de véhicules, dont cette nouvelle Mazda 3 est l’une des premières représentantes à côté du SUC CX30, la marque japonaise veut monter en gamme. Et la démonstration est plutôt réussie. Cette Mazda 3 démarre en effet à 30.700 euros avec la motorisation Skyactiv-X. Notre finition ‘Exclusive’ est commercialisée 35.900 euros. C’est certes 10.000 euros de plus que le prix moyen de la voiture neuve achetée en France l’an dernier, mais avec des finitions dignes du premium.

Le niveau de prestation se montre en effet élevé: phares à LED adaptatifs, ouverture-fermeture intelligente des portes, reconnaissance d’obstacle en marche avant et arrière ou encore caméras 360° et régulateur adaptatif de vitesse. Ces trois derniers équipements sont de série dès le 2e niveau de finition. En dehors de la peinture Polymetal Gray (600 euros), et de la sellerie (200 euros), le reste des équipements est de série. Les commandes viennent tout juste d'ouvrir, le recul n'est donc pas encore suffisant, mais sur cette motorisation spécifique, Mazda attire un peu plus de clients premium qu'à l'habitude. 14% des reprises de véhicules viennent de clients premium.

Cette Mazda 3, sur notre version ‘Exclusive’, se montre globalement, très bien équipée, avec notamment une vision 360°, des phares à LED adaptatifs très efficaces en mode automatique, ou encore la reconnaissance d’obstacle en marche avant et arrière (de série dès le 2e niveau de finition).
Cette Mazda 3, sur notre version ‘Exclusive’, se montre globalement, très bien équipée, avec notamment une vision 360°, des phares à LED adaptatifs très efficaces en mode automatique, ou encore la reconnaissance d’obstacle en marche avant et arrière (de série dès le 2e niveau de finition). © BFM

‘LE’ chiffre: 7,5

C’est en litres, notre consommation aux 100 kilomètres sur cet essai. Nous avons parcouru un peu moins de 600 kilomètres, sur des routes variées (bouchons parisiens, routes de campagne, autoroutes), et la consommation se rapproche de celle que nous avions enregistrée sur une Peugeot 308, avec 50 chevaux de moins sous le capot. Cette consommation est à peine supérieure d’un litre à celle d’une nouvelle Renault Clio, pourtant beaucoup plus petite, que nous avions aussi testée sur un parcours varié. Nous n’avons pas pratiqué l’éco-conduite, ce qui selon Mazda nous aurait pu permettre de nous rapprocher des 5,3 litres aux 100 (NEDC corrélé) réalisés à l’homologation. Ces économies à la pompe compenseront tout de même le malus payé à l’achat l'an prochain: 260 euros, avec des émissions de CO2 homologuées à 120 grammes de CO2 par kilomètre (pour la version berline, avec la boite automatique). Ce malus tombera à 150 euros avec la seconde grille qui entrera en vigueur au 1er juin. 

A date, 50% des ventes de Mazda 3 se font avec la motorisation Skyactiv-X de 180 chevaux. A terme, Mazda estime que cette dernière représentera 30% des ventes.
A date, 50% des ventes de Mazda 3 se font avec la motorisation Skyactiv-X de 180 chevaux. A terme, Mazda estime que cette dernière représentera 30% des ventes. © BFM Auto
Notre modèle à l’essai: Mazda 3 2.0 Skyactiv-X M Hybrid 180 chevaux BVA dans la finition la plus élevée Exclusive à partir de 35.900 euros
Pauline Ducamp, avec Néhémie