BFM Business

Essai – AMI, la micro-citadine électrique sans permis de Citroën

Citroën explore la mobilité urbaine avec l’AMI 100% ëlectric. Cette voiture plus petite qu'une Smart est aussi bien disponible à l’achat sur internet, chez Fnac-Darty qu’en autopartage dans Paris.

Une voiture plus petite qu’une Smart, 100% électrique et accessible conducteurs chevronnés comme aux adolescents dès 14 ans, c’est le dernier modèle de Citroën: l’AMI 100% ëlectric (son nom officiel).

Quand certains constructeurs automobiles s’essaient au vélo ou à la trottinette, Citroën expérimente une mobilité électrique différente, clairement tournée vers de jeunes urbains qui ont de moins en moins envie de passer leur permis, mais pourraient avoir toujours besoin de conduire une voiture.

2,41 mètres de long, deux places, l'AMI est plus petite qu'une Smart.
2,41 mètres de long, deux places, l'AMI est plus petite qu'une Smart. © Théo Gabilloux

Le bon point : un OVNI dans la circulation parisienne

L’AMI ne laisse pas indifférente, et dans un univers automobile parfois terne, cette caractéristique tranche. Photos, discussions au feu rouge, regards interloqués, notre pot de yaourt se distingue. Sa taille entraîne nombre de commentaires sur son évident côté pratique au quotidien, sa couleur matte amène beaucoup de questions.

Sans aucune aide à la conduite (sans parler de technologies comme les alertes au franchissement de ligne ou d'angles morts, l'AMI n'a pas de direction assistée), avec des sièges très peu réglables et une carrosserie en polypropylène, l'AMI est-elle une vraie "voiture"? Si on ajoute une autonomie de 75 kilomètres, on ne partait pas vraiment confiant au moment de prendre la route entouré de bus et de gros SUV.

L'AMI est une voiture très spartiate. Elle dispose d'un système de ventilation, et c'est à peu près tout. Même le support pour smartphone est en option.
L'AMI est une voiture très spartiate. Elle dispose d'un système de ventilation, et c'est à peu près tout. Même le support pour smartphone est en option. © Théo Gabilloux

Après une après-midi à rouler dans Paris, sans surveiller le niveau de la batterie, à deux dans l'habitacle, c'est plutôt la bonne surprise. Tout d'abord, l'autonomie ne baisse pas trop vite. Cela parait suffisant pour de petits trajets de quelques kilomètres, même répétés dans la journée. Avec sa batterie de 5,5 kWh, l’AMI se recharge en trois heures sur une prise classique, ce qui suppose d'avoir une place de parking avec un simple point pour se brancher. Un câble (accessible en option à 300 euros) permet également de recharger sur certaines bornes publiques dans Paris et en proche banlieue.

Ensuite, l'AMI offre finalement pas mal d'espace intérieur. A deux, avec un gros sac à dos, nous ne nous sentions pas trop à l'étroit. Avec 2,41 mètres de long, 1,39 mètre de large, l’AMI se faufile à peu près partout sans donner l'impression d'une boite à sardines. Difficile cependant de s'imaginer faire un plein de courses complet ou de récupérer un meuble, même en kit.

Sur la planche de bord, mais aussi devant le passager, l'AMI dispose d'espace de rangement.
Sur la planche de bord, mais aussi devant le passager, l'AMI dispose d'espace de rangement. © Théo Gabilloux

Le point noir: rigolote mais pas si maniable

Le côté spartiate de l’AMI s’explique facilement pour réduire le poids et les coûts. Et finalement, pour se déplacer d'un point A à un point B, l’absence de vitres électriques ou de sièges réglables en hauteur s'oublient. En revanche, certains détails font cruellement défaut. Comme l’absence de rétroviseur intérieur.

Toute vitrée, l’AMI laisse facilement jeter un coup d’œil à l’extérieur. Mais dans l’agressivité du trafic urbain, c’est pénible. Idem pour la direction assistée qui manque vraiment pour exploiter pleinement toutes les possibilités de stationnement sur une voiture au rayon de braquage de 7,20 mètres.

On peut aussi regretter l’absence d’accélération puissante au démarrage pour une électrique, même si elle est limitée à 45km/h. C’est dommage pour s’assurer une conduite un peu dynamique en ville, notamment dans les embouteillages.

Citroën a enregistré environ 1000 commandes de son AMI.
Citroën a enregistré environ 1000 commandes de son AMI. © Théo Gabilloux

Mais à quel prix? Raisonnable mais...

Bien moins chère qu’une Smart ou que ses concurrentes sans permis, l’AMI avait pour cahier des charges d’être abordable. A 6900 euros (hors bonus de 900 euros) comme prix de départ, elle remplit son office. Citroën la propose aussi en location longue durée à 19,90 euros par mois afin de reprendre les codes d'un public plus jeune.

Mais avec un premier loyer de 3410 euros, soit près de la moitié du tarif de base, cette option se révèle assez onéreuse, surtout que certains éléments, comme le support pour smartphone (indispensable pour la musique ou le GPS), ne sont pas compris.

En revanche, louer l’AMI via le système d’autopartage de PSA, Free2Move, pour se déplacer dans Paris peut s'avérer un choix judicieux. Sans abonnement, elle est facturée 39 centimes d'euro la minute.

Pauline Ducamp
https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp Cheffe de service BFM Auto