BFM Business

Nous avons testé EyeRide, le système d'affichage tête haute pour les casques de moto

EyeRide, un système d'affichage tête inspiré des avions de chasse

EyeRide, un système d'affichage tête inspiré des avions de chasse - PS

EyeLights, une startup toulousaine, s'est inspirée des technologies des avions de chasse pour créer EyeRide, un dispositif futuriste d'affichage tête haute connecté à un smartphone pour motards.

Transformer un simple casque de moto en système connecté qui affiche dans un écran miniaturisé les informations routières. C'est la mission réussie d'EyeLights, une startup toulousaine créée par Romain Duflot en 2016. EyeRide, le nom du produit, est un système d'affichage tête haute (Head up display, HUD) comme ceux utilisés dans les avions de chasse, mais adaptés aux motards.

"Comme on ne peut se passer du smartphone, autant l'adapter pour garder le regard sur la route"

L'idée est née lors d'une formation de pilote militaire, le métier que voulait faire au départ Romain Duflot, comme son père l'était. Il a par la suite suivi une carrière d'ingénieur. Pour le financement, une campagne sur IndieGogo en 2020 a permis à cette FrenchTech de lever 1,28 million d'euros. EyeLights a également été sélectionnée pour intégrer l'accélérateur américain TechStars.

"J'ai découvert cette technologie à cette occasion et, étant motard, j'ai eu l'idée de l'adapter aux casques de moto pour améliorer la sécurité. Le smartphone cause la moitié des accidents de circulation. Comme on ne peut s'en passer, autant l'adapter pour garder le regard sur la route et les mains sur le guidon", explique à BFM Business Romain Duflot, CEO de EyeLights.

Avec EyeRide, plus besoin de baisser les yeux vers un smartphone installé sur le guidon pour regarder les cartes GPS et encore moins le manipuler manuellement.

"Les mains restent sur le guidon et les yeux sur la route", se plaît à rappeler Romain Duflot.
EyeRide, le système d'affichage tête haute qui s'adapte à tous les casques
EyeRide, le système d'affichage tête haute qui s'adapte à tous les casques © PS

Les cartes GPS s’affichent en réalité augmentée via un nano écran protégé par un coque en polycarbonate. Pas un geste à faire pour lancer une action, la reconnaissance vocale de son smartphone (Siri ou Alexa) permet d'indiquer sa destination, passer un appel téléphonique ou de lancer un morceau de musique. Et évidemment, il est homologué.

"Au moment du développement du EyeLights, nous avons travaillé conjointement avec le Sécurité Routière, le CNRS (Centre Nationale de la Recherche Scientifique) et l’UTAC. Il dispose aujourd'hui du marquage CE", indique la startup.
Avec EyeRide, l'itinéraire s'affiche dans un nano écran Oled et se consulte d'un regard sans gêner la vision
Avec EyeRide, l'itinéraire s'affiche dans un nano écran Oled et se consulte d'un regard sans gêner la vision © EyeLights

La première version fonctionnait avec des applications natives. Celle qui vient de nous être présentée et que nous avons testée, est compatible avec les outils natifs d'iOS ou Android, Plan ou Google Maps, ainsi que Waze.

La carte, ainsi que les appels téléphoniques, les SMS ou la musique (Apple, Spotify, Deezer, YouTube Music...), s'affichent alors dans un nano écran Oled, un véritable concentré de haute technologie fourni par Sony. Le kit se compose du module optique, d'un pod étanche de connexion Wifi et Bluetooth 5.0 avec batterie, d'écouteurs et d'un micro. Son prix, 500 euros, soit un tarif comparable à un système GPS externe et un Intercom moto. L'EyeRide fait les deux et même plus.

Ce dispositif est compatible avec tous les casques du marché (intégraux, jets et modulables) même avec visière solaire. Pour ceux qui portent des lunettes de vue ou de soleil, il s'articule facilement pour s'adapter. Il s'installe en quelques minutes montre en main. Les câbles sont dissimulés sous les mousses de protection, la télécommande en forme de pod est collée à l'extérieur, l'écran sous la visière et à l'intérieur sont fixés les écouteurs et le micro.

Le système EyeRide de la startup toulousaine EyeLights
Le système EyeRide de la startup toulousaine EyeLights © EyeLights

L'appairage avec un smartphone se fait en quelques instants en se connectant soit avec CarPlay d'Apple ou Android Auto. Reste à régler la position du module optique pour pouvoir regarder l'écran d'un regard. Certains le mettent sous l'œil, nous avons préféré l'installer un peu au-dessus.

Un résultat très convaincant

Le résultat est bluffant. On a dans le champ de vision un écran en réalité augmenté sans gêner le regard. Plus besoin de baisser les yeux pour savoir où aller. L'affichage est de très bonne définition et la luminosité, ainsi que le volume sonore se règlent via Captain Rider, une appli compatible dédiée à la communauté des motards. Ce logiciel permet de créer des road trips collaboratifs en mettant en commun un itinéraire et en communiquant en Intercom avec son groupe.

Seul défaut, l'autonomie de deux heures seulement. Un peu court pour les longs trajets mais très suffisante pour ceux du quotidien. Il faudra quand même penser à éteindre l'appareil en ôtant son casque, à avoir avec soi une batterie de secours pour le recharger en cours de route et un câble mini USB plus long. Celui qui est fourni dans le kit ne mesure que 20 centimètres. Autre regret, les éléments se collent et ceux qui ont plusieurs casques devront choisir celui qu'ils voudront équiper. Pour certains, ce sera un choix cornélien.

Des versions pour l'auto et le vélo?

Mais le système est efficace. Il l'est à tel point que des versions ont été mises au point par EyeLights pour la police et l'armée avec cette fois des applications propriétaire. Il est aussi adapté pour des pilotes de chasse. Pas ceux du Rafale, mais du F35, l'avion de chasse américain de dernière génération. "Notre CTO a conçu le système HUD de cet avion", nous a révélé Romain Duflot.

Dans le civil, le kit moto n'est que le début de cette aventure technologique dans la mobilité.

"Nous travaillons avec un fabricant français de casques en carbone pour proposer un casque haut de gamme connecté. Nous collaborons aussi avec un constructeur automobile pour mettre au point un système de réalité augmentée pour transformer le pare-brise des voitures en écran géant", confie le fondateur d'EyeLights.

L'idée d'un système pour les cyclistes? "Ça pourrait être notre prochain projet", indique à BFM Business Romain Duflot.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco