BFM Business

Nous avons fait tester à un "biker" la moto électrique de Harley Davidson, la LiveWire

La LiveWire est une moto, électrique, mais est-ce une Harley? C'est ce que nous avons voulu savoir en la faisant tester par Benoit, un fan de la marque américaine. Voici son verdict...

Rouler en Harley, ça s'entend. Avec la LiveWire, le bruit, c'est fini. Arrivée en concession il y a quelques mois, après quelques déboires, la moto électrique d'Harley Davidson commence à avoir son public.

"Les choses se font doucement pour le moment, elle est en vente dans treize concessions en France et nous la déploierons petit à petit", a déclaré Manoel Bonn, marketing lead d'Harley France, signalant qu'à ce jour, une cinquantaine de LiveWire ont été vendues en France.

Mais quelles sensations offre cette Harley? Pour le savoir, nous avons demandé à Benoit Durand-Kriegel de lâcher son Softail pour prendre le guidon de la LiveWire. Qui mieux qu'un biker fan de la marque pourrait donner un avis impartial et objectif de cette moto?

Lancée en 2020, la LiveWire est vendue dans 13 concessions. Nous l'avons testée chez Harley Borie
Lancée en 2020, la LiveWire est vendue dans 13 concessions. Nous l'avons testée chez Harley Borie © BFM Business

Pour ce test, nous nous sommes rendus chez Harley Borie, le plus ancien vendeur de Harley en France. Située dans le sud-est de Paris, il existe depuis 1946, bien avant la création de la filiale "Harley France" et a vu passer au fil des décennies plusieurs générations de Harley et de bikers. Pour cette moto, Borie a formé deux mécaniciens aux spécificités de l'électrique.

Après quelques heures de pilotage, le verdict de Benoit est clair. Sous son casque, son sourire en dit long:

"C'est une nouvelle sensation, je n'avais jamais piloté de motos électriques. Le bourdonnement du moteur électrique est envoûtant et on entend des bruits qu'on ne connaissait pas comme le son du roulement des roues sur la route ou la friction des plaquettes sur les disques lors des freinages", note Benoit.

Une expérience inédite

Pour Benoit, piloter une LiveWire est "une véritable expérience: l'accélération est hors du commun, surtout en mode sport". En effet, la LiveWire est un bolide doté d'un moteur de 78 KW (105 chevaux, 106Nm). Mais c'est aussi un deux-roues urbain capable de slalomer entre les files de voitures à moins de 40 km/h. Mais si tôt que l'on tourne la poignée, la eMoto repart au quart de tour quelle que soit sa vitesse. Elle passe de 0 à 100 km/h en 3 secondes.

Sept modes de conduite: quatre préprogrammés (sport, route, autonomie et pluie) et trois personnalisables
Sept modes de conduite: quatre préprogrammés (sport, route, autonomie et pluie) et trois personnalisables © BFM Business

Cette versatilité repose sur sept modes de conduite. Quatre sont préprogrammés (sport, route, autonomie et pluie) et trois personnalisables pour s'adapter à tous les profils de motards et tous les styles de conduite. Un poussoir accessible du pouce droit permet de passer de l'un à l'autre. Et sur l'écran tactile, on peut paramétrer jusqu'aux accélérations.

Quant au freinage, il est aussi efficace. La LiveWire dispose de freins ABS à double disque dotés d'étriers Brembo (4 mâchoires à l'avant, deux à l'arrière), mais surtout d'une technologie intelligente qui dose le freinage selon la situation (ligne droite, virage) ou le mode de conduite. "Il est puissant, mais la moto reste stable", constate Benoit qui note que "pour ralentir, pas besoin de freins, il suffit de décélérer".

L'autonomie, "un faux problème"

Le point central de tout engin électrique reste son autonomie et la recharge. La prise est dissimulée sous le bouchon de réservoir. Pour la recharger, trois méthodes. Soit sur une prise classique (le nécessaire est sous la selle), soit lors d'un passage dans une concession Harley où il y a des bornes publiques. Ces deux méthodes nécessitent entre 6 et huit heures. Mais les concessions Harley disposent de chargeurs rapides pour faire un plein en moins d'une heure.

La LiveWire peut se recharger en une heure sur des chargeurs rapides
La LiveWire peut se recharger en une heure sur des chargeurs rapides © BFM Business

Une fois chargée, la LiveWire est partie pour 140 kilomètres d'autonomie, chiffre donné par le constructeur.

"Il ne faut pas s'y fier, estime Laurent Kuhn, directeur général de Harley Borie. Cette moto est faite pour un usage urbain et sa batterie est amplement suffisante, d'autant qu'à chaque freinage et décélération, elle se recharge. Nous l'avons amené à plus de 200 km avant une recharge".

Laurent Kuhn note aussi que les clients qui l'utilisent la mettent à charger chaque jour, soit en arrivant au travail, soit en rentrant chez eux.

"La recharge est un faux problème, sauf pour ceux qui doivent parcourir des centaines de kilomètres. Il faudra prévoir, mais est-elle vraiment faite pour les road-trips? Je ne crois pas, tant qu'il n'y aura pas autant de stations de recharge que de stations d'essence", poursuit-il.

Le prix du silence

Pour Benoit, la LiveWire est une Harley à part entière.

"C'est du haut de gamme depuis le châssis jusqu'au guidon, la marque ne s'est pas ratée. Tout est de très bonne qualité". Quelques minutes lui ont suffit pour s'adapter à l'engin. "Au départ, j'ai juste cherché, par réflexe, le levier de vitesses et l'embrayage", nous a-t-il confié.
L'accélération de la LiveWire est époustouflante
L'accélération de la LiveWire est époustouflante © BFM Business

Va-t-il pour autant échanger son Softail pour une électrique? "Pour un usage urbain, c'est vrai que c'est l'idéal pour rouler par tous les temps dans des rues de Paris, mais le prix reste élevé".

En effet, il faut au moins débourser 33.900 euros pour s'offrir une LiveWire. Si les clients bénéficient de subventions, la plupart la personnalisent d'options qui font grimper la facture.

"C'est une moto haut de gamme et les clients le savent. Harley ne peut se permettre de les décevoir et vu ses performances, ils ne sont pas déçus", signale Laurent Kuhn. Ont-ils pour autant lâché leur Harley à moteur V-Twin?

"Non, évidemment, ils ont une moto pour la ville et d'autres pour les ballades. Chacune a un usage, mais toutes ont des vibrations", nous répond-il.

La LiveWire en a-t-elle vraiment? En fait oui, comme l'a constaté Pierrot, mécanicien chez Borie. Il a vu passer toutes les générations d'Harley et, depuis des mois, utilise au quotidien une LiveWire.

"Elles ont toutes une signature différente, même la LiveWire, nous explique ce fin connaisseur. A l'arrêt, les aimants de son moteur électrique provoquent un battement qui émet des vibrations dans tout le corps, comme un battement de cœur, c'est sa signature".
Pascal Samama et Chloé Baize