BFM Business

L'airbag moto pourrait devenir obligatoire en Espagne, les motards disent non mais...

Pour la fédération des motards espagnols, le port de l'airbag doit être encouragée, mais pas obligé

Pour la fédération des motards espagnols, le port de l'airbag doit être encouragée, mais pas obligé - Ixon

L'Espagne aimerait rendre obligatoire le port de l'airbag à moto. Les motards sont contre mais admettent que l'équipement devrait être encouragé par des aides à l'achat.

Pour faire baisser la mortalité et les blessures graves lors d'accident de moto, l'Espagne pourrait rendre obligatoire le port d'un gilet airbag. Cette piste est étudiée par la Dirección General de Tráfico (DGT), l'équivalent de la direction de la prévention routière, comme le rapporte le site Le Repaire des motards.

La principale association de motards espagnols, l'Asociacion Mutua Motera (AMM), a décidé de recueillir l'avis des motards sur le sujet. Plus de 2500 motards ont répondu à son questionnaire. Près d'un tiers se dit favorable à cette obligation en allant même, pour une majorité, jusqu'à vouloir l'imposer en toutes circonstances et pas seulement sur routes et autoroutes.

Par la très grande majorité - 65,49% - se dit contre tout en admettant que cet équipement de protection est efficace lors d'un accident.

Encourager sans obliger

Le directeur adjoint de la mobilité de la DGT, Jorge Ordás, rappelle que le port obligatoire du casque a eu le même accueil en son temps. "Aujourd'hui, tout le monde est d'accord. Avec l'Airbag, quelque chose de similaire pourrait se produire", indique ce responsable.

Bien que nous ne soyons pas favorables à l'obligation (...), il faut reconnaître que les airbags moto sont fortement recommandés et le port doit être encouragée avec une aide telle que la réduction de la TVA", indique l'AMM.

Cette demande rejoint celle de la FFMC (Fédération française des motards en colère). En 2019, la Sécurité routière, qui se déclarait contre une obligation, avait lancé une campagne de promotion en partenariat avec les vendeurs de moto, les accessoiristes, les assureurs et les moto-écoles. En quelques années, les tarifs ont fortement baissé. Les prix démarrent aujourd'hui à environ 300 euros.

En Espagne, une réunion est prévue dans les semaines qui viennent entre l'AMM et la DGT pour discuter des équipements de protection, le gilet airbag, mais aussi le port de gants homologués, qui en Espagne n'est pas obligatoire.

Pascal Samama