BFM Business

Couvert ou piéton: ces projets qui veulent révolutionner le périphérique parisien

Les élus de droite au Conseil de Paris veulent mettre en place un projet de couverture du périphérique.

Les élus de droite au Conseil de Paris veulent mettre en place un projet de couverture du périphérique. - Groupe Les Républicains au Conseil de Paris.

Plusieurs propositions concernant l'avenir du périphérique parisien seront à l'étude lors du Conseil de Paris qui débute ce lundi. Les élus de droite veulent proposer un projet de couverture du boulevard périphérique, tandis que les écologistes souhaite y réduire la vitesse et instaurer une journée sans voiture.

Des élus parisiens veulent transformer le périphérique. L'axe de 35 kilomètres autour de Paris est au coeur de plusieurs propositions étudiées lors du Conseil de Paris qui débute ce lundi, à commencer par une proposition des élus Les Républicains. Ces derniers, emmenés par Nathalie Kosciusko-Morizet proposent de lancer un appel à projets pour couvrir le périphérique avec pour objectif "d'abattre les frontières entre Paris et sa banlieue".

Les élus qui expliquent avoir fait appel à une équipe d'architectes et d'urbanistes ont identifié quatre sites potentiels où le périphérique serait recouvert par "une couverture globale" ou " des ouvrages plus denses". Seraient ainsi concernés la Porte des Lilas, la Porte d'Ivry, la Porte de Vanves et la Porte d'Aubervilliers. Un visuel proposé sur ce dernier site montre une structure arborée composée d'un large escalier piéton enjamber le périphérique. Porte d'Aubervilliers, la place Skanderbeg serait surmontée d'une sorte de jardin suspendu.

Visuel proposé Porte d'Aubervilliers.
Visuel proposé Porte d'Aubervilliers. © Groupe Les Républicains au Conseil de Paris

Un projet pour "cacher la poussière sous le tapis"

D'autres projets pourraient permettre la "création de nouveaux espaces urbains, de logements sociaux", indique Nathalie Kosciusko-Morizet au Parisien. Cette dernière avait déjà avancé cette idée de couverture du périphérique lors de sa campagne pour la mairie de Paris face à Anne Hidalgo. Pour défendre leur projet, les élus de droite mettent également en avant "l'image négative" véhiculée par le périphérique parisien tant sur l'aspect pollution que bruit. 

Le projet a toutefois peu de chances d'aboutir face à la majorité de gauche. Pour l'adjoint aux Transports Christophe Najdovski, Nathalie Kosciusko-Morizet est même "à côté de la plaque".

"La proposition du groupe LR ne résoudrait rien sur le fond. Mme Kosciusko-Morizet propose de coffrer le périphérique. En fait elle veut cacher la poussière sous le tapis. Cette couverture ne changerait rien à la question des émissions de pollution et de circulation", tranche-t-il dans Le Parisien.

Une journée sans voiture sur le périphérique?

L'élu écologiste explique que des aménagements pour permettre aux vélos de franchir les portes du périphérique plus facilement vont être menés, ainsi que des travaux pour installer un enrobé phonique au niveau des zones habitées. Christophe Najdovski explique par ailleurs que la suite de la réflexion devra se mener à l'échelle de la métropole avec l'Etat et la région. 

Un autre projet sera également défendu devant le Conseil de Paris par les élus du groupe écologiste. Ils souhaitent de leur côté "apaiser" la circulation en abaissant la vitesse de 70 à 50 km/h. Les écologistes proposent par ailleurs d'installer deux voies réservées aux bus, taxis, voitures électriques et autopartage tout en favorisant un aménagement paysager. Autre révolution proposée par les écologistes, une "grande fête" sans voiture sur le périphérique parisien. "Ca veut dire pourquoi pas organiser une course, évidemment pas une course de voiture, une course à vélo ou une course à pied", propose sur BFM Paris Anne Souyris, coprésidente du groupe écologiste au Conseil de Paris. Un voeu qui passerait par un appel d'offres aux associations pour par exemple installer du mobilier léger ou encore de manèges le temps d'une journée.

Carole Blanchard