BFM Auto

Coronavirus: vers un report des dates butoir de contrôle technique?

560.000 voitures ne sont pas en effet venues passer le contrôle technique en 2019

560.000 voitures ne sont pas en effet venues passer le contrôle technique en 2019 - MYCHELE DANIAU / AFP

Les professionnels du contrôle technique demandent à suspendre leur activité pendant 40 jours, le temps de passer la crise du coronavirus.

Les contrôleurs techniques demandent ce vendredi à ce que l’Etat suspende leur activité. Via une lettre adressée au ministre de la Santé, les différents organismes de contrôle appellent Olivier Véran à demander la suspension de leur agrément. Les centres de contrôle technique fonctionnent en effet via une délégation de service public. Comme les garages et centres d’entretien ils ont pu jusqu’à présents rester ouverts, dans une perspective d’entretien des véhicules. Ce qu’ils remettent aujourd’hui en question.

Un report de 40 jours de la validité du contrôle technique?

"SVP aidez-nous à limiter le trafic dans nos centres en officialisant, via notre ministère de tutelle, le ministère de la Transition écologique et solidaire, la suspension des agréments centre et contrôleur pendant la période de confinement et en officialisant le report des dates de contrôle technique et de contre-visite de 40 jours", écrit Karine Bonnet, directrice générale de Dekra Automotive dans la lettre ouverte adressée à Oliver Véran.

Les dirigeants des centres Autosur, AutoSécurité, Securitest ont également signé ce courrier. 10.000 personnes travaillent en France dans ces centres et certains réseaux comme Autour ou Securitest ont déjà demandé à leurs affiliés de fermer leurs centres. Chaque jour, 100.000 véhicules passent le contrôle ou une contre-visite, ce qui consiste en un examen approfondi de chaque voiture. Les conditions sanitaires apparaissent trop hasardeuses pour les contrôleurs.

“Nous n'avons actuellement clairement pas les moyens de protéger les salariés de nos centres de contrôle technique ni les automobilistes pour lutter contre la propagation du virus: pas de gant, pas de gel et nous devons contrôler des véhicules remplis de germes !”, peut-on lire dans le courrier des signataires.

Inciter les gens à rester chez eux

"Nous estimons que dans le contexte actuel, les centres de contrôle technique ne sont pas essentiels à la continuité de service, nous explique Laurent Palmier, PDG de Securitest. Il faut protéger nos salariés, nos clients. Depuis plus de 25 ans et la création du contrôle technique, notre job est de nous occuper de la sécurité des gens, c’est ce que nous faisons".

Circuler avec un véhicule dont le contrôle technique est dépassé amène son immobilisation immédiate sauf pour prendre rendez-vous pour le contrôle mais aussi une amende de 135 euros. Les professionnels évoquent des clients invités par les forces de l’ordre à faire demi-tour et rentrer chez eux car faire passer le contrôle technique de sa voiture ne fait pas partie des circonstances exceptionnelles présents sur l’attestation obligatoire pour se déplacer.

Se pose aussi la question de la contre-visite, les réparations doivent être faites dans les deux mois. Reporter de 40 jours les dates butoir de contrôle comme de contre-visite éviterait une non-conformité de nombreux véhicules à la réglementation, mais inciterait aussi les automobilistes à rester chez eux.

"Nous demandons à nos clients de ne pas se déplacer", résume Laurent Palmier. 
Pauline Ducamp