BFM Auto

Rolls-Royce met les chauffeurs au chômage

Au XXIème siècle, le chauffeur de limousine a du souci à se faire. Rolls-Royce dévoile son concept VisionNext100, entièrement autonome, sans volant ni planche de bord.

Une Rolls-Royce sans chauffeur, sans même avoir à conduire en fait, c’est que prévoit la marque de luxe anglaise avec le concept VisionNext100. Dans le cadre du centième anniversaire de sa maison-mère depuis le début des années 2000, BMW, Rolls-Royce a livré sa définition de ce que serait l’automobile dans un siècle, du côté des usages comme des technologies.

"La Rolls-Royce VISION NEXT 100 symbolise cet esprit de pionnier. Elle a été conçue comme un projet visionnaire pour représenter la mobilité de luxe de demain. Cette automobile ouvre des perspectives fascinantes pour l’avenir de Rolls-Royce", explique dans le communiqué du groupe le responsable du design de BMW, Adrian van Hooydonk.

Le concept se base sur un châssis de Phantom rallongée à 5,90 mètres de long, contre lequel est ici appuyé le patron de Rolls-Royce, Thorsten Müller-Ötvös.
Le concept se base sur un châssis de Phantom rallongée à 5,90 mètres de long, contre lequel est ici appuyé le patron de Rolls-Royce, Thorsten Müller-Ötvös. © BMW AG

L'ADN de Rolls mariée à l'intelligence artificielle

Le concept VisionNext 100 reprend ce qui fait l’ADN de Rolls-Royce: le luxe, l’espace dans l’habitacle, la personnalisation. Avec 5,90 mètres de long, il se base sur un châssis actuel de limousine Phantom rallongé, mais avec une offre de personnalisation illimitée dès les premiers échanges entre Rolls-Royce et le futur propriétaire. Le Rolls-Royce VisionNext 100 reprend aussi l’ADN du service britannique et au XXIème siècle, ce service se nomme "Eleanor" (comme Eleanor Thornton, la jeune femme qui inspira le ‘Spirit of Ecstasy’, l’emblème de Rolls-Royce).

Cette intelligence artificielle gère la conduite du véhicule, avec ou sans ses passagers à l’intérieur. Mais attention, pas de dialogue entre la Rolls-Royce et ses passagers comme dans la série K2000. Eleanor se matérialise sur un écran géant qui prend toute la planche de bord, pour donner des informations aussi bien sur le trajet que la destination aux occupants du ‘Grand Sanctuaire’.

L'habitacle prend une allure de salon, avec la disparition de la planche de bord, du volant et des fauteuils avant.
L'habitacle prend une allure de salon, avec la disparition de la planche de bord, du volant et des fauteuils avant. © Rolls-Royce

Un accès (encore) plus facile à l'habitacle

C’est comme ça que Rolls-Royce a choisi de nommer l’habitacle du concept. Pour y accéder, une gigantesque porte-papillon s’ouvre sur pratiquement tout le flanc du concept. Sans planche de bord, ni siège avant, ni volant, l’habitacle gagne un espace très important pour étendre les jambes. Les ingénieurs de Rolls-Royce expliquent avoir fait très attention à la luminosité de ce salon sur roues. On est aussi sûr de l’attachement qu’ils ont porté au pratique: en lieu et place du moteur, se trouve le coffre à bagages qui se charge par le côté. 

La grande porte permet de sortir sans se pencher, tandis que les bagages se rangent entre l'habitacle et les roues avant.
La grande porte permet de sortir sans se pencher, tandis que les bagages se rangent entre l'habitacle et les roues avant. © BMW AG

L’autre détail marquant du concept, ce sont les roues aux arches carrées, qui embarquent des motorisations électriques. Faites de 65 pièces d’aluminium chacune, leur protection assure aussi une certaine aérodynamique qui rappelle celle d’un catamaran. La garde au sol est ainsi très haute et permet de descendre de la voiture sans se baisser, comme dans une voiture classique, tout en attrapant un parapluie caché dans l’intérieur de l’habitacle. De toute façon, il n’y a plus de chauffeur pour nous en tendre un.

Si la base vient de la limousine Phantom, la ligne racée évoque le coupé Wraith.
Si la base vient de la limousine Phantom, la ligne racée évoque le coupé Wraith. © BMW AG