BFM Auto

e-Méhari: retour vers le futur électrique pour Citroën

-

- - Topgear - BBC

Renouer avec les valeurs que portait le mythe Méhari, en l’adaptant au goût du jour, tel a été le mot d’ordre des équipe de Citroën pour le concept e-Méhari. Les premiers résultats sont prometteurs, le prix beaucoup moins.

On l’attendait sans trop y croire. Préfigurée par le concept Cactus M que Citroën a présenté au dernier salon de Francfort, mais abandonnée sur le bord de la plage car trop cher à produire, la e-Méhari en est une sorte de dérivé électrique qui verra le jour au printemps 2016. A la simple vue du capot et des optiques avant, la parenté avec le Cactus est indéniable.

Mais là s’arrête la filiation car la e-Méhari repose sur une base de Bolloré Bluesummer. Ceci explique, entre autre, sa taille bien plus petite que les Cactus M et C4 Cactus.

Moins imposante, la e-Méhari a surtout ce on-ne-sait-quoi de simple et dénudé qui donne envie de sillonner les plages. Comme son ancêtre, c’est d’ailleurs sur ce terrain qu’elle devrait exceller, car sur la route, son moteur 100% électrique ne lui permettra pas de dépasser les 110 km/h, selon les premiers chiffres donnés par Citroën.

Carrosserie plastique et sièges déhoussables

De la Méhari des années 1970 – le premier modèle fut produit en 1968 – Citroën a quand même repris quelques grandes caractéristiques : quatre places, une carrosserie en plastique, des portes abaissées pour donner une sensation d’ouverture une fois au volant, des arceaux eux aussi en plastique sur lesquels vient se fixer une toile quand la pluie s’en mêle.

A ces éléments viennent s’ajouter des sièges déhoussables. Un détail qui comptera lorsqu’il s’agira d’enlever le sable enfoui dans les plis ! Enfin, dernière caractéristique, la e-Méhari se déclinera en quatre couleurs, à savoir orange, jaune, bleu et beige pour les plus conformistes. En revanche, la présentation de la voiture de plage en plein mois de décembre en région parisienne, puis à Genève en mars, ne colle pas vraiment avec l’esprit. Et heureusement que la Mehari 2.0 est étanche car son prix risque de couler ses ventes : environ 25.000 euros hors bonus, on est loin de l’accessible Méhari des années 60.

la rédaction avec Topgear