BFM Business
Auto

Comment l'indemnité inflation compense (ou pas) la hausse du coût des carburants

Les 100 euros promis à toute personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois compensent-ils la hausse du prix des carburants? Oui pour un "gros rouleur" d'une berline diesel mais pas pour celui qui roulerait en hybride.

Pas de "chèque carburant" finalement, mais une "indemnité inflation": c'est l'annonce faite par Jean Castex ce jeudi 21 octobre. Pour aider les Français à faire face à l’augmentation généralisée des prix, le Premier ministre a ainsi opté pour le versement de 100 euros à toute personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois, avant prélèvement à la source. C'était pourtant clairement la hausse récente des prix des carburants, et la crainte d'un retour en force du mouvement des gilets jaunes, qui a poussé le gouvernement à réagir.

Dans ce contexte, on peut se demander à quel point cette indemnité compenserait la hausse actuelle. En supposant que les prix du gazole et de l'essence restent maintenant stables, on peut estimer le surcoût actuel par rapport à fin 2019. Une période qui correspond en effet à un certain essoufflement du mouvement des gilets jaunes et à la période précédant la pandémie de coronavirus, qui avait provoqué une forte baisse des tarifs à la pompe.

10 centimes de plus sur le gazole par rapport à 2019

Le gazole est ainsi passé d'un prix de 1,44 euro le litre (moyenne en France en octobre 2019) à 1,56 euro le litre au 15 octobre 2021, soit un surcoût de près de 10 centimes d'euro.

Le sans-plomb 95-E10, l'essence la plus consommée en France, est de son côté passé de 1,47 euro le litre à 1,63 euro le litre, soit un surcoût d'un peu plus de 15 centimes d'euro.

Pour calculer le surcoût pour différents profils d'automobilistes, nous avons repris les scénarios de l'étude annuelle de l'Automobile Club association.

Premier cas: un conducteur de Clio essence (avec le moteur Tce 100, en finition Intens) qui roule 8898 km par an. En reprenant sa consommation de 585 litres de sans-plomb 95-E10 et le coût fin 2019, son budget carburant annuel peut ainsi être estimé à 862 euros. Il passe à 912 euros avec les prix actuels à la pompe, soit une différence de 50 euros. Autrement dit, si cette personne peut bénéficier des 100 euros de l'indemnité inflation, il lui restera un peu plus de 50 euros pour faire face à d'autres dépenses.

Deuxième cas, le conducteur d'une Clio diesel (dCi 115) qui roule également 8898 km par an. Sa consommation annuelle est de 578 litres, soit un budget carburant de 834 euros avec les prix à la pompe fin 2019, et de 901 euros aux tarifs actuels. Le surcoût est ainsi de 68 euros, lui laissant donc 32 euros pour d'autres dépenses.

Les "gros rouleurs" à peine ou en partie compensés

Troisième cas, celui d'un "gros rouleur", conducteur d'une 308 diesel (Blue HDI 130), qui réalise 15.895 km par an. Il consomme 827 litres de gazole, soit un budget carburant annuel de 1192 euros avec les prix à la pompe fin 2019, et de 1289 euros aux tarifs actuels. Son surcoût est ainsi de 97 euros, très proche du montant de l'indemnité inflation.

Enfin, dernier cas, celui d'un "gros rouleur" qui roule en hybride non-rechargeable, une Toyota Prius (122h Dynamic). L'essence lui coûte un peu plus cher que le gazole de notre conducteur de 308 mais il consomme un peu moins, 5 litres aux 100 contre 5,2 litres pour la Peugeot. Ses 795 litres par an lui coûtaient 1171 euros, un budget carburant qui passe à 1295 euros avec les prix à la pompe actuel. Son surcoût de 123 euros n'est couvert que partiellement par l'indemnité inflation.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto