BFM Business

Code de la route: ce qui change dans le nouvel examen

A partir de ce lundi, le code de la route subit un important toilettage. Toutes les questions ont été renouvelées, la pratique également. Tour d'horizon des nouveautés.

Inchangé depuis 18 ans, le code de la route se modernise ce lundi. La Délégation à la sécurité routière (DSCR) lance ce lundi une nouvelle banque de 1.000 questions remises à jour. Ce nouvel arsenal remplace l’ancien qui en comptait 700. Mais en quoi consiste ce petit toilettage? BFMTV.com fait le point.

> Des questions de bon sens

L'épreuve, qui se veut plus réaliste et plus moderne, met désormais l'accent sur les comportements des conducteurs, notamment avec des séquences vidéo ou vues aériennes, plus évocatrices. Ainsi, la sécurité routière entend privilégier le bon sens plutôt que la règle.

Selon Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, "cet enseignement nécessitera plus de pédagogie". En clair, on fera moins appel à du par cœur qu'à l'intelligence du futur conducteur. La Délégation à la sécurité routière assure "qu'il a été veillé à ce qu'elles ne comportent aucun piège".

Par ailleurs, une formation plus poussée sera faite sur les usagers vulnérables, l'éco-conduite, les nouvelles technologies, les gestes de premier secours. Testez notre quiz pour évaluer vos connaissances.

> Exit les télécommandes

Autre nouveauté, les candidats ne répondront plus sur un boîtier électronique mais sur une tablette mise à leur disposition. Les bonnes vieilles diapos vont donc disparaître.

> Ouverture aux prestataires privés

A compter du 1er juin, l'examen du code de la route pourra être surveillé par des prestataires privés agréés par l’État comme La Poste qui s’est déjà portée candidate. Les centres d’examen actuels laisseront progressivement la place à ceux des opérateurs, qui devraient être plus nombreux et pourront offrir plus de créneaux horaires, notamment le samedi.

L’objectif est de dégager 5 % du temps de travail des inspecteurs du permis de conduire qui pourront faire passer chaque année, l’équivalent de 142.000 examens supplémentaires du permis B et réduire ainsi les délais de passage.

> Un coût unique de 30€

Un coût de passage de l’examen a été fixé à 30 euros quel que soit l’opérateur. Une tarification jugée plus transparente puisqu’elle viendra se substituer aux frais de présentation à l’examen qui étaient perçus par les écoles de conduite.

> Ce qui ne change pas

L’examen ne subit en revanche pas de bouleversements sur le fond. Les candidats devront répondre correctement à au moins 35 questions sur 40 pour décrocher le sésame. La durée de l’épreuve restera également identique, entre 23 et 25 minutes.

L'épreuve théorique générale du code de la route est le premier examen en France avec 1,44 million de candidats l'an dernier pour un taux de réussite de 71,5%.

P. P. avec Antoine Heulard et Benoît Ruiz