BFM Business

Au volant, les seniors klaxonnent plus que les jeunes

Selon une étude publiée ce mercredi par Identicar, les automobilistes de plus de 70 ans sont ceux qui klaxonnent le plus.

Selon une étude publiée ce mercredi par Identicar, les automobilistes de plus de 70 ans sont ceux qui klaxonnent le plus. - AFP

Selon une étude publiée ce mercredi par Identicar, les automobilistes de plus de 70 ans sont ceux qui klaxonnent le plus. Son utilisation sans raison valable peut cependant être sanctionnée d’une amende de 35 euros.

Agacement, danger, ou petit signe de courtoisie, l’usage du klaxon fait partie du quotidien de l’automobiliste. Mais certains s’en servent plus que d’autres. C’est ce qui ressort d’une étude dévoilée ce mercredi par Le Parisien. Identicar, spécialiste de l’assurance automobile, a interrogé plus de 20.000 de ses membres, et résultat: les automobilistes les plus âgés sont ceux qui klaxonnent le plus (ou du moins l’admettent). 26% des plus de 70 ans, et 23% des 56/69 ans reconnaissent avoir une "conduite sonore", contre seulement 16% des 18/39 ans.

"Ils ont appris à conduire en appuyant sur l'avertisseur, rappelle au Parisien Maître Jean-Baptiste Iosca, avocat spécialisé dans le droit routier. À l'époque, les moniteurs d'auto-école enseignaient que dans le doute on donnait un petit coup par courtoisie pour prévenir les autres usagers".

Il est interdit de klaxonner en ville

Or, le Code de la route n’autorise pas à klaxonner n’importe où, n’importe quand, une règle récemment rappelé par un arrêt de la Cours de Cassation. Selon l’article R416-1 du Code de la route, "l'usage des avertisseurs sonores n'est autorisé que pour donner les avertissements nécessaires aux autres usagers de la route", par exemple hors agglomération ou en montagne, prévenir de sa présence dans un virage sans visibilité. De nuit, le code de la route encourage d’abord à utiliser les phares, plutôt que le klaxon, pour prévenir de sa présence.

Le code de la route précise d’ailleurs qu’en ville, son usage ne doit être fait qu’en cas d’absolue nécessité. Une règle oubliée par de nombreux automobilistes, franciliens notamment. Selon une étude publiée en avril, 70% des automobilistes klaxonnent.

Klaxonner parce que son équipe de foot préférée a gagné, ou parce que la rue est encombrée depuis 5 minutes, est ainsi considéré comme un "usage abusif du dispositif sonore d’un véhicule". Il peut être sanctionné d’une amende de 35 euros. Cette amende peut monter à 68 euros si votre klaxon a été modifié. Un avertisseur sonore fait partie, comme tous les autres éléments d’une voiture, des éléments homologués, il n’est pas autorisé de le modifier.

Pauline Ducamp