BFM Business

Klaxonner dans les bouchons ne sert à rien... et peut vous coûter 35 euros

Le klaxon pour se détendre dans les bouchons? C'est inutile, gênant et verbalisable.

Le klaxon pour se détendre dans les bouchons? C'est inutile, gênant et verbalisable. - François Guillot - AFP

L'usage de "l'avertisseur sonore" par un automobiliste dans un embouteillage, même s'il est très rarement verbalisé, demeure interdit et peut faire l'objet d'une amende.

C'est un classique des embouteillages: des bruits de klaxons s'échappant aléatoirement du flot de véhicules immobilisés, une spécialité en région parisienne notamment. Un usage visant a priori uniquement à évacuer un certain stress et faire passer sa mauvaise humeur, car, a priori, il n'y aurait personne à réveiller au volant et qui serait à l'origine du bouchon. Ni de danger imminent, seule raison valable de faire usage de "l'avertisseur sonore" en agglomération.

Le simple usage abusif est condamnable

Et pour qu'il y ait infraction, il n'est pas nécessaire, contrairement à ce qu'avait jugé un tribunal, que le bruit ait causé "un trouble à l'ordre public ou à la tranquillité publique", rappelle l'AFP, citant une décision récente de la Cour de cassation.

A l'origine, un tribunal de police avait pourtant donné raison à un automobiliste poursuivi pour avoir klaxonné dans un bouchon. Le juge avait prononcé une relaxe car si l'usage de l'avertisseur était "sans doute intempestif", il avait été "limité" et n'avait "pas engendré de trouble caractérisé à l'ordre public ou à la tranquillité publique".

Le représentant du parquet a finalement contesté ce jugement auprès de la Cour et en a obtenu l'annulation. Car en jugeant ainsi, le tribunal a ajouté à la loi des conditions qu'elle ne prévoit pas.

Le code de la route déclare seulement qu'en agglomération, "l'usage de l'avertisseur sonore n'est autorisé qu'en cas de danger immédiat" et que tout autre usage est puni d'une amende forfaitaire de 35 euros, pouvant être majorée jusqu'à 150 euros.

Il n'est donc pas question des conséquences de cette infraction. Les policiers et gendarmes n'ont pas à prouver que quiconque a été troublé par le bruit, ils ont seulement à constater que l'usage du klaxon n'était pas justifié par un "danger immédiat", ont rappelé les juges. 

Et hors agglomération?

Pour rappel, hors agglomération, l'article R416-1 du code de la route précise que "l'usage des avertisseurs sonores n'est autorisé que pour donner les avertissements nécessaires aux autres usagers de la route", par exemple en abordant un virage sans visibilité sur une route de montagne. L'article R416-2 précise également que de nuit, il vaut mieux privilégier des appels de phare ("les avertissements doivent être donnés par l'allumage intermittent soit des feux de croisement, soit des feux de route") avec un usage du klaxon utilisé qu'en cas d'absolue nécessité.

Julien Bonnet, avec AFP