BFM Auto

Au salon de Genève, les supercars n'ont pas dit leur dernier mot

Le salon de Genève reste un grand rendez-vous pour les voitures de sport des grandes marques ou d'acteurs plus confidentiels.

Le salon de Genève reste un grand rendez-vous pour les voitures de sport des grandes marques ou d'acteurs plus confidentiels. - Gims Swiss

L'automobile en mutation adopte de nouvelles formes de motorisations: hybride ou 100% électrique. Cela vaut aussi pour certains bolides, supercars et autres hypercars exposés au salon de Genève, même si tous ne se sont pas encore convertis.

Si le salon de Genève qui a ouvert ses portes cette semaine regorge cette année de nouveautés électriques "propres", les voitures ultrasportives sont bien de la partie. Et si certaines exploitent toujours un moteur thermique surpuissant, d'autres sont passées à l'hybride ou peuvent même prétendre au label "zéro émission".

Petite sélection de ces merveilles qui marquent à la fois la fin d'une époque et le début d'une nouvelle ère.

Ferrari F8 Tributo, l'efficacité italienne

La Ferrari F8 Tributo
La Ferrari F8 Tributo © Gims Swiss

Ferrari a dévoilé la F8 Tributo, la remplaçante de la 488 GTB. Positionné à l'arrière, le V8 3,9 litres turbo affichant une puissance de 720 chevaux et un couple de 770 Nm. Si ce n'est pas la plus puissante des Ferrari, elle s'impose comme la plus efficace avec un ratio de 150 chevaux par litre de cylindrée, un ratio qui fait référence pour se comparer dans le monde merveilleux des ultrasportives.

Koenigsegg Jesko, famille et alcool

La Koenigsegg Jesko
La Koenigsegg Jesko © Gims Swiss

La nouvelle création de la marque suédoise d'hypercars (des supercars affichant une puissance de plus de 1000 chevaux) s'appelle la Jesko. Un secret bien gardé car il s'agissait pour le fondateur, Christian von Koenigsegg de rendre hommage à son père, présent et très ému lors de la présentation de celle qui portait jusqu'ici le nom de code de Ragnarok. Une belle histoire de famille pour ce modèle qui abrite un moteur V8 5 litres affichant une puissance de 1260 chevaux si on remplit son réservoir de sans-plomb. Mais le bolide raffole aussi d'éthanol, le fameux E85, qui fait passer sa puissance à 1600 chevaux. Dans tous les cas, la vitesse de pointe est hallucinante, dépassant les 485 km/h.

Rimac C_Two, vivement 2020

La Rimac C_Two
La Rimac C_Two © Rimac

La marque croate Rimac s'est fait un nom en produisant ce qui s'impose comme la plus puissante des électriques actuellement. Déjà présente lors de l'édition 2018, cette C_Two se destine à une production en 2020 et est donc de nouveau présente cette année. Si le design définitif est encore amené à évoluer, ses quatre moteurs électriques, un par roue, sont bien confirmés. Ils apportent une puissance record de 1914 chevaux et un couple démentiel de 2300 Nm. Comptez 1,85 seconde pour le 0 à 100 km/h et un 0 à 300 km/h en moins de 12 secondes... Des accélérations foudroyantes qui doivent tout de même un peu mettre à mal l'autonomie annoncée à 550 kilomètres.

Pininfarina Battista, foudroyante

La Pininfarina Battista
La Pininfarina Battista © Pauline Ducamp

Le célèbre carrossier italien Pininfarina rend hommage à son fondateur, Battista (1893-1966) avec ce premier modèle portant uniquement sa marque. Une hypercar électrique qui reprend la motorisation survitaminée de la Rimac C_Two évoquée plus haut, mais avec 14 petits chevaux en moins. De quoi tout de même profiter d'une puissance de 1900 chevaux et d'un couple de 2300 Nm qui fait toujours passer le 0 à 100 km/h sous la barre des 2 secondes.

Pagani Zonda C12, 20 ans déjà

La Pagani Zonda C12
La Pagani Zonda C12 © Pauline Ducamp

Au salon de Genève 1999, le monde découvrait la première création de Pagani, la Zonda. Une supercar radicale qui offrait de solides performances pour l'époque. Son V12 d'origine Mercedes développe 454 chevaux et 571 Nm de couple. Pour les 20 ans de la marque, on retrouve donc la moins (sur)puissante des Pagani sur son stand à Genève. Restaurée à neuf, cette Zonda C12 (son nom complet) garde un charme fou avec une bestialité qui n'a pas pris une ride.

Piëch Mark Zero, l'héritière

La Piëch Mark Zero
La Piëch Mark Zero © Gims Swiss

A Genève, la jeune marque suisse Piëch joue donc à domicile et a profité du salon pour présenter sa première voiture: la Mark Zero. Ce bolide 100% électrique offre 500 kilomètres d'autonomie et des performances appréciables avec un 0 à 100 km/h annoncé en 3,2 secondes. Elle se veut aussi très rapide à la recharge, avec 80% récupérés en moins de 5 minutes. Derrière cette marque, on retrouve Anton Piëch, fils de l'ancien dirigeant de Volkswagen Ferdinand Piëch, et arrière-petit-fils d'un certain Ferdinand Porsche, fondateur du géant allemand et papa des mythiques Coccinelle, 356 et 911.

Julien Bonnet