BFM Business

Ai-je le droit de prendre ma voiture pendant le confinement?

-

- - DR

Dans une France à l'arrêt en raison du confinement pour faire face à l'épidémie de coronavirus, l'usage de la voiture reste autorisé sous réserve d'un motif valable pour justifier ses déplacements. Petit point pratique sur ce qu'il faut savoir.

Quand ai-je le droit de prendre ma voiture pendant le confinement?

Comme pour tout déplacement, il faut disposer d'un motif valable pour justifier l'usage de son véhicule (déplacement pour aller travailler, se rendre à un rendez-vous médical, faire des courses de première nécessité pour vous ou une personne vulnérable ou dépendante...). Cela vaut d'ailleurs aussi si vous empruntez n'importe quel moyen de transport, de la marche à pied aux taxis et VTC ou encore les transports en commun.

Vous devez pour cela remplir l'attestation de déplacement dérogatoire, avec un modèle téléchargeable et à imprimer depuis le site du Ministère de l'Intérieur, ou à rédiger sur papier libre. Attention, une nouvelle version de ce document est exigée depuis ce mercredi 25 mars. Vous pouvez toutefois encore utiliser l'ancienne attestation si vous en aviez imprimées plusieurs, mais en précisant bien l'heure de votre sortie.

La voiture reste toutefois interdite dans le cadre des "déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile", davantage encadrés depuis le 23 mars.

Quelles précautions prendre pour se déplacer en toute sécurité?

Redoublez de vigilance si vous devez prendre le volant. La circulation très fluide actuellement peut donner lieu à des comportements dangereux et à un manque de vigilance de certains conducteurs. Et n'oubliez pas de disposer de votre attestation à portée de main en cas de contrôle et afin d'éviter l'amende de 135 euros. Waze ne signale plus d'ailleurs les contrôles de police pour éviter d'inciter à des comportements à risque.

Les gestes barrières sont aussi à respecter en voiture: lavage régulier des mains, distance d'un mètre. C'est pour cette raison que les taxis et VTC ne peuvent plus accepter que deux passagers au maximum à bord. Si vous devez vous déplacer en plus grand nombre, une famille devant par exemple se rendre à un rendez-vous médical, il existe une offre de véhicules plus volumineux chez ces professionnels. Un van avec 6 places à l'arrière pourra par exemple permettre de transporter 4 personnes en respectant les consignes de distanciation par exemple. En cas de doute, vous pouvez contacter les services clients encore actifs des plateformes de taxis et de VTC.

Est-il possible de déposer quelqu'un?

Oui, si la personne que vous allez déposer a une raison valable pour sortir et ne peut pas se déplacer par elle-même. Le conducteur devra tout de même disposer d'une attestation, sur laquelle il pourra par exemple cocher la case "Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants". Ayez bien en tête que tout déplacement sans motif valable, à l'appréciation des forces de l'ordre, et sans attestation pourra vous exposer à une amende.

Puis-je continuer à pratiquer le covoiturage?

En raison des précautions à prendre dans le cadre de l'épidémie, les services de covoiturages sont limités. Toutefois, avec une offre de transports en commun très réduite dans la plupart des grandes agglomérations, l'entraide entre salariés d'une même entreprise peut être utile pour se rendre sur son lieu de travail. 

Par sécurité, Karos demande par exemple de ne prendre qu’un passager en covoiturage, assis à l’arrière côté passager pour respecter les distances de sécurité. A Paris mais aussi en région Normandie, ces trajets sont gratuits pour les soignants.

Blablalines, pour les trajets domicile-travail, ou Blablacar, pour des déplacements plus longs, restent également actifs. "La plateforme reste ouverte uniquement pour permettre à ceux qui ont absolument besoin de se déplacer de le faire. Nous vous demandons de respecter les recommandations officielles afin de vous protéger et de protéger les autres", précise le site de mise en relation de conducteurs et de passagers.

Que faire en cas de contrôle technique périmé? 

Compte-tenu de la situation, les dates de validité des contrôles techniques ont été prolongé, a annoncé le ministère de la Transition écologique et solidaire. Pour les véhicules légers, la tolérance est de trois mois, elle est de 15 jours pour les poids lourds.

L'attestation dérogatoire ne prévoit pas en tout cas ce motif dans les déplacements autorisés, ce qui tranche définitivement la question si vous avez un doute sur ce que vous pouvez faire ou pas pendant cette période de confinement.

Dois-je me rendre au garage pour l'entretien régulier de mon véhicule?

Comme pour le contrôle technique, l'idée est actuellement de repousser à plus tard ce qui n'est pas à réaliser dans l'urgence. Sur l'attestation, il n'y a d'ailleurs pas de case dédiée à une visite "de contrôle" chez votre garagiste, probablement fermé au passage, qui justifie ce déplacement.

Une vidange, ou plus globalement l'entretien régulier de votre véhicule, pourra attendre la fin du confinement.

Que faire en cas d'accident ou de panne de mon véhicule?

Si votre voiture reste votre principal moyen de transport pour vos déplacements autorisés, les garages restent ouverts pour les réparations urgentes.

C'est le cas notamment des centres auto comme Norauto, Midas ou encore BestDrive, qui assurent un service minimum sur prise de rendez-vous.

Deux outils peuvent être utiles si vous avez besoin urgent de trouver un professionnel pouvant prendre en charge votre véhicule: 

Premier réflexe à avoir en cas d'apparition d'un voyant rouge, nécessitant un arrêt immédiat du véhicule ou tout signe inquiétant comme une perte de puissance moteur, contacter l'assistance routière prévue dans le cadre de votre contrat d'assurance automobile ou celle proposée par le constructeur, si vous disposez d'un véhicule récent. 

Le réseau de concessionnaires (ventes et après-vente) reste-t-il ouvert? 

Un peu comme les centres autos, les marques automobiles ont mis en place un service minimum dans leur réseau de concessions. 

"Nos points de vente ne peuvent plus accueillir de public. Cependant, nos équipes commerciales restent joignables à distance. Vous pouvez utiliser nos formulaires de contact disponibles sur le site pour leur adresser votre demande", indique par exemple le site internet de Peugeot, précisant que "seules les interventions visant à garantir votre mobilité et celle des services d’urgence seront encore assurées dans certains de nos ateliers".

Les clients, en priorité les professionnels mobilisés face à la pandémie, sont appelés à prendre contact avec la marque via des numéros de téléphone mis en place pour l'occasion ou des formulaires de contact. Ces informations se trouvent très facilement en se rendant sur les sites internet officiels, bien mis à jour avec des messages d'alerte bien visibles.

En cas de besoin, le prêt d'un véhicule de remplacement peut être envisagé selon les cas. Opel vient également de communiquer sur un dispositif dédié au personnel soignant, avec un prêt gratuit d'une voiture provenant du parc de véhicules de courtoisie ou de location et un entretien "à prix coûtant" pour le personnel soignant client Opel "pour lui permettre de se déplacer et d’exercer en toute sérénité".

Si vous souhaitez profiter du confinement pour vous mettre en quête de votre futur véhicule, il n'est donc pas possible de se rendre dans les concessions. Toutefois, la plupart des commerciaux sont en télétravail et donc a priori disponibles pour répondre à des demandes par mail ou téléphone par exemple, nous ont indiqué plusieurs marques automobiles. 

Que faire en cas de rappel constructeur?

Si le rappel ne concerne pas un défaut majeur, vous pouvez attendre la fin du confinement, au même titre que les opérations non-urgentes à effectuer sur le véhicule. 

En cas de problème plus grave, n'hésitez pas à contacter le constructeur via le numéro mis en place, le service client habituel, un mail, un formulaire de contact, le chat ou encore en message privé sur les réseaux sociaux.

Dois-je payer mon stationnement?

A priori non. La plupart des grandes villes ont en effet annoncé la gratuité provisoire du stationnement assez rapidement après le début du confinement le 17 mars dernier. La période de précaution sanitaire initialement fixée à 15 jours et la consigne de rester un maximum chez-soi imposaient en effet de garantir aux automobilistes que les véhicules ne seraient pas verbalisés. 

A noter toutefois que le stationnement gênant reste verbalisable, avec envoi possible du véhicule à la fourrière, au même titre que toute infraction au Code de la route. 

Julien Bonnet