BFM Alsace
Alsace

Une centaine de touristes alsaciens bloqués 24 heures à l'aéroport de Bastia

Aéroport de Bastia, en Corse

Aéroport de Bastia, en Corse - Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

Après avoir passé la nuit à l'aéroport, les voyageurs ont organisé un blocage au niveau des guichets d'enregistrement et contacté la presse. Une solution a finalement été trouvée pour qu'ils puissent rentrer en Alsace.

Le voyage aurait seulement dû durer 1h30. Une centaine de voyageurs alsaciens sont restés bloqués près de 24 heures en Corse, après l'annulation de leur vol pour rejoindre Strasbourg, raconte France 3.

Tout a commencé à Figari, au sud de la Corse. Les touristes alsaciens avaient initialement un vol prévu à 13 heures pour retourner dans leur région. Mais après plus de trois heures d'attente sans "aucune information", selon une passagère interrogée par le journal, le vol a été annulé par la compagnie Volotea et il leur a été demandé de se rendre à l'aéroport de Bastia, où un autre avion était prévu.

Les voyageurs sont alors montés dans des bus affrétés pour leur faire traverser l'île et rejoindre le deuxième aéroport. Mais en arrivant à Bastia, le personnel de l'aéroport a expliqué aux voyageurs qu'aucun avion n'était prévu pour eux.

"On s'est retrouvé à 21h30 à l'aéroport avec un seul policier qui s'est débrouillé pour nous libérer 15 chambres d'hôtel. Nous les avons données aux familles et aux personnes âgées. Les autres ont dormi à l'aéroport à même le sol" raconte une voyageuse, qui témoigne de "conditions déplorables", dans "le bruit et le froid".

Les passagers organisent un blocage

Et le calvaire a continué ce dimanche. Dans la matinée, les touristes ont assuré avoir été informé qu'un bus viendrait les chercher pour les amener à l'aéroport d'Ajaccio. "Mais aucun bus n'est venu", déplore une autre.

Un événement qui mène les passagers à organiser un blocage "au niveau de l'enregistrement du vol Bastia-Strasbourg" qui devait décoller à 8 heures.

"C'était la seule solution pour se faire entendre", estime l'un d'entre eux, précisant avoir finalement laissé partir les voyageurs prévus sur ce vol qui "n'y étaient pour rien".

D'après les passagers, la situation s'est débloquée à partir du moment où ils ont contacté la presse. Ils ont finalement pu prendre un vol aux alentours de midi ce dimanche.

Emilie Roussey