Tech&Co
Tech

Yandex, le Google russe, veut quitter la Russie

Freiné dans son développement par les sanctions européennes, ce pilier du numérique russe veut s'éloigner de son pays d'origine pour prospérer. Une décision qui reste entre les mains du Kremlin.

Yandex, géant de la tech en Russie, a l'intention de couper les ponts avec son pays natal pour "éviter les retombées de la guerre avec l'Ukraine", indique le New York Times. L'entreprise, dont la maison-mère est aux Pays-Bas, serait sur le point de vendre ses filiales et de transférer ses technologies en dehors de la Russie. Yandex est principalement connue - dans le reste du monde - pour son moteur de recherche, d'où son surnom de "Google russe". En Russie, l'entreprise propose également un service de taxis ou de livraison de nourriture à domicile. Elle dispose également de filiales en Europe, et aux Etats-Unis.

Selon des sources proches du dossier qui se sont entretenues avec le New York Times, Yandex a été échaudé par les nombreuses sanctions occidentales qui se sont abattues sur la Russie de Vladimir Poutine depuis le début de l'invasion en Ukraine. Ces sanctions ont notamment freiné le développement de nombreuses nouvelles technologiques qu'avait entamé l'entreprise, comme des voitures autonomes ou un service de stockage en ligne.

Des ambitions freinées

Depuis le début de la guerre, plusieurs milliers d'employés ont quitté l'entreprise, et cette dernière a revendu son agrégateur d'actualités en ligne, qui était envahi de propagande étatique et paralysé par les lois de censure signées par Vladimir Poutine. Deux de ses cadres ont également dû démissionner pour se conformer aux sanctions européennes.

Toutefois, pour se départir de sa terre natale, Yandex doit obtenir l'approbation du Kremlin, et de ses actionnaires. Son projet est tout de même soutenu par Alexei Kudrin, ancien ministre des finances et proche de longue date de Vladimir Poutine. L'homme serait sur le point de prendre part officiellement à la gestion de l'entreprise, pour laquelle il oeuvrait jusqu'ici de manière informelle. Une partie des services sera toujours proposée en Russie, selon les informations du New York Times.

Yandex est un pilier du numérique en Russie, où il est le quatrième site le plus consulté - après Google.

Victoria Beurnez